Sport et environnement : l’ANESTAPS et le REFEDD veulent sensibiliser et agir concrètement pour la transition écologique

Sport et environnement : l’ANESTAPS et le REFEDD veulent sensibiliser et agir concrètement pour la transition écologique

25 novembre 2020 Le REFEDD en actions

Toutes deux associations étudiantes nationales, L’ANESTAPS et le REFEDD partagent le constat de la dégradation de l’environnement par les activités humaines. Avec leur prisme respectif, sport et environnement, ils veulent sensibiliser les jeunes et leur donner les moyens d’agir.

Les effets du dérèglement climatique de plus en plus visibles

L’impact des activités humaines, décuplé depuis la révolution industrielle, affecte désormais la vie sur Terre de manière importante et irréversible. Visibles depuis quelques décennies, ces changements le seront encore pendant des siècles. Pour la première fois dans l’histoire de la Terre, (une partie) de ses habitant·e·s sont les principales causes de changement : c’est l’anthropocène.

D’après l’OMS, neuf personnes sur dix respirent un air pollué dans le monde (photo : Pixnio)

La pollution de l’air est caractéristique de ces impacts avec lesquels il nous faut désormais vivre. Enjeu majeur de santé publique, elle provoque dans le monde 7 millions de morts prématurées. En comparaison, à un mois de la fin de l’année 2020, la pandémie de Covid-19 a fait plus d’un million de victimes. Or, les gaz polluants continuent à être émis en quantité, et les changements climatiques influent sur la qualité de l’air.

Autre phénomène observé, les vagues de chaleur, plus fréquentes depuis 30 ans. Au rythme actuel des émissions, le GIEC prévoit que des régions entières deviendront inhabitables d’ici à 2050. En France, la canicule de 2003 serait considérée comme un été frais.

Causée par la hausse de la température de la mer (plus l’eau est chaude, plus elle se dilate) et la fonte des calottes polaires, l’élévation du niveau de la mer s’est accélérée significativement.  Aux Fidji, des villages entiers sont abandonnés, submergés par les eaux. La France serait également touchée, comme le montre cette carte interactive

Les stations de ski sont de plus en plus confrontées au manque de neige (photo : Almavanta, Pixabay)

La diminution de l’enneigement est un problème bien connu dans les Alpes françaises, où le développement de la neige de culture a démarré dans les années 1990. Même dans un scénario à +2°C, seulement trois stations resteraient ouvertes dans les Pyrénées. Une expédition scientifique a récemment constaté le recul des glaciers et la pollution aux microplastiques jusque sur l’Everest.

Ces changements touchent aussi la pratique d’activité physique et sportive

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, l’inactivité physique est le premier facteur de mortalité évitable au monde. Il est donc conseillé de pratiquer 30 minutes d’activité physique et sportive par jour. On remarque qu’à court terme, avec le constat établi précédemment, cette pratique pourrait être remise en question.

La pratique d’activité physique et sportive de façon régulière est importante pour rester en bonne santé, mais serait-ce encore le cas si la planète se détériore année après année ? En effet, prenons l’exemple de l’importance de la qualité de l’air. Lorsque nous sommes en pleine pratique d’activité physique, le débit ventilatoire (quantité d’air inspiré) est multiplié par dix !  L’augmentation des pics de pollution et des rejets de particules fines par l’activité industrielle constituent un danger pour la population. Selon une étude du ministère de la Transition écologique, la baisse de la qualité de l’air que nous respirons augmenterait les risques de développer des maladies cardio-vasculaires au sein de la population.  

Il existe néanmoins d’autres enjeux pour le sport qui sont tout autant liés aux conditions environnementales. Différentes pratiques se trouvent d’ores et déjà impactées par le réchauffement climatique, comme les pratiques de haute montagne telles que l’alpinisme ou le ski. Et d’autres pratiques telles que les sports sur herbe seront bientôt impactées par le réchauffement climatique, et plus précisément par la hausse des vagues de chaleur. En effet, les pelouses des différents stades municipaux ne sont pas en capacité de supporter des températures au-delà de 30°C plus de trois jours. Certains clubs amateurs et municipalités n’auront pas les ressources économiques pour renouveler ces pelouses. 

Le monde du sport se saisit des problématiques environnementales

Depuis plusieurs années, les différents acteurs du monde du sport ont décidé de se saisir de la problématique environnementale. La charte des 15 engagements écoresponsables publiée par le ministère des Sports en collaboration avec WWF France en est le parfait exemple. Les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 sont également une opportunité pour le sport de prouver que la pratique d’activité physique sportive peut être bénéfique pour le corps et pour la planète. 

Le sport comme vecteur de sensibilisation à l’environnement

L’Association Nationale des Etudiants en STAPS (ANESTAPS) et le Réseau Français Étudiant pour le Développement Durable (REFEDD), deux associations étudiantes nationales qui se rejoignent sur leur perception des enjeux de transition environnementale et sociale, souhaitent donner aux jeunes les moyens de s’informer et de s’impliquer. 

L’ANESTAPS lutte depuis plus de 20 ans contre les problématiques sociales et sociétales qui incombent à notre société. C’est en donnant la parole aux jeunes, que l’ANESTAPS œuvre dans ce sens. Dans cet objectif, l’ANESTAPS organisera un educathon sur la thématique du sport et de l’environnement. Les participant·e·s prendront part à des groupes de travail afin d’apporter des propositions concrètes pour utiliser le sport comme outil de lutte contre les différentes problématiques environnementales. 

Educathon organisé avec l’Agence Nationale du Sport et Sport et Citoyenneté, Vaires-Torcy. (photo : ANESTAPS)

C’est également dans cette dynamique que l’ANESTAPS mettra en place sa première Semaine Nationale de Sport et de l’Environnement, du 18 au 24 janvier 2021. A travers ce projet, L’ANESTAPS s’appuiera sur son réseau composé de plus de 45 associations afin de sensibiliser des élèves de primaire, collège et lycée à la thématique environnementale.  

World Clean Up Day 2020, Paris (Photo : ANESTAPS)

De même, le REFEDD a pour but de permettre à chacun·e d’agir concrètement, en diffusant des connaissances et des conseils pratiques pour agir, en rassemblant les étudiant·e·s et en portant leur voix. La première édition de la Semaine Étudiante de Réduction des Déchets (SERD), qui se déroule cette semaine (21-29 novembre) propose des web conférences, ateliers Do it yourself, et tuto… et invite notamment à réfléchir autour du lien entre sport et environnement.

Article co-rédigé par Andréas Cardot, Vice Président en charge de l’Innovation Sociale chez ANESTAPS, et Gabriel Goll (REFEDD). 

REFEDD: