SERD : étudiant.es et acteur.trice.s de la réduction des déchets

SERD : étudiant.es et acteur.trice.s de la réduction des déchets

18 novembre 2020 Le REFEDD en actions

La quantité de déchets que nous produisons a doublé en 40 ans. En réponse, le REFEDD lance cette année la première édition de la Semaine Étudiante de la Réduction des Déchets (SERD), l’occasion pour le monde étudiant de s’engager et de rester positif pour l’avenir !

Vous vous souvenez de la scène d’ouverture de Wall-e ? Des éoliennes perchées sur des montagnes de détritus, des paysages désolés sans le moindre signe de vie, des nuages épais de poussière ocre, et au milieu un petit robot de métal qui compresse des déchets en cubes et les empile en tours plus hautes que les immeubles de New York. Personne ne veut que notre avenir ressemble à ça, et pourtant…

Faire ses courses revient à empiler des emballages dans nos placards. Sortir avec des ami.es est souvent synonyme de passer un moment dans un bar avec un verre jetable en plastique dans la main, puis manger un kebab emballé dans un film d’aluminium et servi dans un sac en plastique avec des serviettes à usage unique.

Notre société produit énormément de déchets. Les Hommes en ont toujours produit mais leur quantité et leur type ont fortement changé avec la seconde révolution industrielle du XIXème siècle. Les déchets sont devenus moins facilement biodégradables, entre autres à cause de l’utilisation de produits de synthèse.1 En effet, les plastiques, polystyrènes et autres matières synthétiques assimilées mettraient entre 100 et 1000 ans à se dégrader dans la nature alors qu’un trognon de pomme ne mettrait que 5 mois au maximum.2 Ces déchets, déposés dans la nature, sont sources de pollution des sols, des eaux et de l’air. Un mégot pourrait polluer jusqu’à 500 litres d’eau à lui tout seul. A cela s’ajoute l’utilisation des ressources naturelles, nécessaires à la production des emballages et objets jetables, qui ont des conséquences non négligeables sur l’environnement et l’épuisement des ressources. Notre population ne cesse de croître et de consommer davantage de produits, bien souvent éphémères. Résultats : la quantité de déchets a doublé en 40 ans.3

La production et la gestion des déchets en France

Infographie de l’Ademe sur les déchets 5

Avec l’accélération de la production de déchets, leur gestion s’est tout de même améliorée. En 1992, le recyclage a vu le jour.4 En 2019, 65 % de nos déchets étaient triés et 6 % étaient valorisés pour la production d’énergie.5 Mais cette valorisation ne suffit pas, une grande partie de nos déchets pourrait être valorisée alors qu’elle ne l’est pas. L’ADEME estime que 100 kilos/habitant/an de déchets potentiellement recyclables sont jetés dans les poubelles de déchets résiduels et que 150 kilos/habitant/an de déchets pourraient être évités grâce à des gestes de prévention comme le compostage domestique, la prévention du gaspillage alimentaire et une utilisation plus sobre des impressions papiers.6 Cela correspond à un peu moins de la moitié des 573 kilos de déchets que chaque personne jette tous les ans.3

Les étudiant.e.s force de proposition pour la réduction des déchets sur les campus

Toute occasion est bonne pour ré-utiliser ses déchets.

L’écart entre ce qui pourrait être recyclé et ce qui l’est réellement est notamment dû au fait que le tri des déchets hors habitation (espace public, établissements recevant du public,etc) est faible, voire absent. C’est le cas dans nos écoles et nos universités. Bien que des centaines d’étudiant.es, d’enseignant.es, d’employé.es circulent quotidiennement dans les locaux des établissements de l’enseignement supérieur, aucune réglementation n’impose la mise en place d’une politique de réduction et de gestion des déchets.

Les étudiant.es sont pourtant demandeur.ses d’une adaptation des établissements à cette problématique majeure. En effet, selon la Consultation nationale étudiante de 2019, réalisée par le REFEDD, le tri sélectif serait la deuxième priorité des étudiant.es sur leur campus. Les associations étudiantes et les étudiant.es sont force de propositions sur les campus. A la Sorbonne à Paris, des étudiant.es discutent avec leurs administrations pour mettre en place le tri des déchets sur leurs campus, et notamment le tri du papier, déchet majeur des salles de cours. Des ressourceries voient le jour sur certains campus comme celui de Bordeaux.

De nombreuses associations étudiantes organisent aussi des ateliers Do It Yourself pour apprendre à fabriquer des éponges, des produits de toilettes ou des objets décoratifs. La tendance DIY permet d’une part de réduire les déchets liés à l’achat de produits neufs et, d’autre part, est idéale pour faire de la récup’ et ne rien jeter.

Donner est également le meilleur moyen pour ne pas jeter, et emprunter est le meilleur moyen pour ne pas acheter. Le CROUS donne un bon exemple de cette pratique florissante. En 2017, il avait distribué aux membres d’une résidence étudiante des autocollants à afficher sur leur boîte aux lettres pour indiquer aux autres résident.e.s les objets qu’ils pouvaient prêter. Le but était ainsi de créer un « réseau de proximité d’échange de biens ». Tous ces projets de consommation collaborative ont des bénéfices sociaux et environnementaux et méritent d’être davantage mis en valeur.

Lancement de la 1ère édition de la Semaine Étudiante de Réduction des Déchets

Affiche de la SERD étudiante

C’est pourquoi, cette année, le REFEDD a décidé de lancer, en partenariat avec l’ADEME, l’Agence de la Transition Écologique, la première édition de la Semaine Étudiante de Réduction des Déchets ! Depuis plusieurs années, le REFEDD et ses partenaires participent à la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD), à travers les opérations Zéro mégot et Zéro bouteille en plastique sur les campus. Cette semaine est une initiative européenne qui aura lieu du 21 au 28 novembre 2020 et vise à sensibiliser le plus grand nombre à l’impact des déchets sur notre planète.

Pendant la SERD version étudiante, les initiatives étudiantes sur la thématique peuvent être officiellement labellisées “SERD” et bénéficier d’une plus grande visibilité. De son côté, le REFEDD accompagne les associations et les étudiant.es qui souhaitent se mobiliser en communiquant sur leurs événements et en leur apportant un soutien logistique et financier (150€ maximum par association). C’est l’occasion parfaite d’occuper ses journées de confinement et de rester engagé.e.s pour l’environnement ! Le REFEDD met à disposition des étudiant.es un kit de communication et un kit organisateur.rices que vous pouvez retrouver sur la page de l’événement. Par ailleurs, le REFEDD organise de nombreux événements auxquels vous pourrez participer ! Vous pouvez notamment suivre des conférences et événements de sensibilisation à la pollution plastique ou à celle des mégots.

Le REFEDD continue de se mobiliser contre les déchets et vous attend nombreux.se.s à ses côtés !

Article rédigé par Seyna Smoes

Sources

1 – https://www.ademe.fr/expertises/dechets/quoi-parle-t/prevention-gestion-dechets

2 – https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/eco-consommation-duree-vie-dechets-707/

3 – https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/exposition-essentiel-dechets-3-panneaux.pdf

4 – https://www.syctom-paris.fr/accueil.html

5 –https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/ademe_le_mag_n125_faits-et-chiffres.pdf

6 – https://www.natura-sciences.com/environnement/chiffres-dechets.html

REFEDD: