Le NOISE : C’est ce petit bruit perturbateur qui questionne le monde nous entourant pour y changer ce qui nous dérange

19 décembre 2018 Vie des associations membres

Fondé en 2011 à l’ESCP, le NOISE a pour but de promouvoir l’innovation sociale et environnementale (ISE). Depuis, le NOISE s’est développé dans 8 autres établissements : des écoles de commerce (ESSEC, EM Lyon) et des écoles dans d’autres domaines (Sciences Po, AgroParisTech, ECE) mais aussi des universités (Dauphine, ASSAS, Sorbonne). Dans chaque antenne, et notamment au NOISE AgroParisTech, nous avons 3 missions : raconter, amplifier et inventer.

“Le NOISE ? C’est pour éviter la crise de la quarantaine.”

 

Raconter : changer l’imaginaire pour un futur souhaitable

Le but est d’informer les étudiant·e·s sur des initiatives inspirantes ou sur des sujets essentiels sur des thématiques sociales ou/et environnementales. À AgroParisTech, la journée TRANSITION[s] a été organisée en octobre par exemple, pour donner l’occasion à chacun·e· de réfléchir sur le rôle qu’il·elle a à jouer dans les transitions nécessaires pour tenter de sauver notre futur. La journée a commencé avec une conférence pour donner des bases solides sur les enjeux énergie/climat avant de poursuivre avec des ateliers participatifs sur un sujet au choix, plus pousser les participant·e·s à l’action. “C’est une journée riche d’échanges et de discussions, qui a amené plusieurs types d’acteurs à réfléchir collectivement sur des thématiques allant de la biodiversité à l’imaginaire du développement durable, en passant par les énergies. C’est une journée qui appelle à se répéter, pour toucher encore plus de publics et travailler tous ensemble sur les transitions à mettre en œuvre.”, témoigne Mégane du NOISE AgroParisTech.

 

Amplifier : aider les initiatives répondant à des problèmes sociaux ou environnementaux

Le programme EKKO gèrent des missions qui permettent à des étudiant·e·s d’accompagner des entrepreneur·se·s sociaux·les dans le domaine de l’agronomie et de l’environnement. Les étudiant·e·s développent de nouvelles compétences tout en découvrant de manière concrète l’économie sociale et solidaire (ESS). Par exemple, la mission “Cultiv’ toit” a consisté à aider l’installation d’un potager sur un toit de Paris.

 

Inventer : avoir l’opportunité de mettre en place des projets qui nous tiennent à coeur

Depuis 2 ans, toutes les antennes du NOISE co-organisent un forum alternatif à Paris réunissant des entreprises, start-up et associations de l’ESS, qui sont très peu représentées dans nos établissements alors qu’elles constituent des débouchés bien plus en accord avec les valeurs de beaucoup d’entre nous. Mais “inventer” passe aussi par des projets pour rendre notre campus plus vert : l’alimentation durable au RU, le tri de déchets, la mise en place d’éco cups en libre service dans notre cafet, le lobbying auprès du BDE ou d’autres assos, etc..

Mais surtout : une communauté unique !

« La richesse du NOISE, c’est sa communauté. On rencontre des gens aux profils super variés, avec une vision différente de celle des gens que l’on a l’habitude de fréquenter, c’est super enrichissant !»

Tout au long de l’année des événements sont organisés pour faire vivre la communauté du NOISE. On commence l’année par un week-end d’intégration un peu particulier. On s’y rend en RER pour réduire notre empreinte carbone, on y mange bio, local et de saison, on n’y produit (presque) pas de déchets et on a une journée remplie par des ateliers, tables-rondes et débats sur des sujets passionnants. Bien sûr, les soirées sont festives, mais attention les paillettes sont en en eucalyptus bio !

 

Plus d’infos :

Facebook

Instagram

Site internet

 

Cet article a été rédigé par Lola Keraron, du NOISE AgroParisTech.

REFEDD: