En route pour la COP 21 : une délégation du REFEDD à Bonn

En route pour la COP 21 : une délégation du REFEDD à Bonn

26 mai 2015 Climat 0

Du 1er au 11 juin se tiendra à Bonn, en Allemagne, une des sessions de négociations internationales sur les changements climatiques. Ce rendez-vous – le deuxième de l’année – permettra aux 195 Etats de continuer à préparer l’accord de la COP21.

UNFCCC Bonn 2015

Quels sont les enjeux de cette session ?

Intitulée ADP 2-9, soit 9ème session du groupe de travail « Ad Hoc » de la plate-forme de Durban pour une action améliorée, cette session fait suite à l’ADP 2-8 qui s’est tenue à Genève en février dernier. Pour qu’un accord puisse faire l’objet d’un consensus à Paris en décembre, des rencontres entre les pays sont prévues plusieurs fois dans l’année par la  Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

A Genève, les délégations nationales ont pu déposer leurs propositions d’amendement au texte préparatoire. Résultat : 37 pages au début de semaine, 86 pages à la fin. Maintenant que toutes les options sont sur la table, l’enjeu est désormais de parvenir à un texte d’une dizaine de pages maximum qui parvienne à faire consensus entre toutes les parties prenantes.

Au-delà du groupe de travail « Ad Hoc », cette session réunit d’autres groupes de travail de la CCNUCC :

  • le SBSTA, c’est-à-dire l’organe subsidiaire pour les conseils scientifiques et technologiques, qui se charge de faire la liaison entre le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et les négociateurs,
  • et le SBI, l’organe subsidiaire d’exécution, qui rend compte de la mise en oeuvre de la CCNUCC et de l’accord de Kyoto.

A Varsovie puis à Lima, les 195 États se sont engagés à faire connaître leurs engagements « bien en amont de la COP21 », si possible avant le 31 mars 2015. Or, à ce jour, seuls 37 États ont présenté leurs contributions nationales : les 28 États-membres de l’Union européenne, la Suisse, la Norvège, le Mexique, les États-Unis, le Gabon, la Russie, le Canada… ainsi qu’Andorre et le Liechstenstein. Manquent à l’appel les contributions de nombreux grands émetteurs, tels que la Chine, dont la contribution est néanmoins annoncée pour « les prochaines semaines ».

Quel rôle pour la délégation du REFEDD sur place ?

Ayant obtenu quatre badges pour cette session, le REFEDD a choisi d’envoyer une équipe de quatre personnes sur chaque semaine. La délégation comprend des profils variés – étudiants ou anciens étudiants en droit, science politique ou bien encore économie – associant des accrédité.e.s ayant déjà assisté à des négociations antérieures avec des délégués novices afin qu’un accompagnement puisse être mis en place.

Pour une répartition optimale du travail pendant l’intersession, chaque accrédité s’est vu confier par le REFEDD un mandat spécifique. Le REFEDD ayant pour objectif de promouvoir l’éducation au changement climatique et l’équité intergénérationnelle, deux membres de chaque équipe prendront part aux groupes de travail sur ces thématiques. En qualité de jeunes observateurs, les REFEDDiens font partis des YOUNGO, qui rassemble les organisations jeunes présents aux négociations. A ce titre, ils pourront ainsi rejoindre les autres jeunes pour travailler spécifiquement sur ces deux points. Ensuite, une personne sera en charge d’assurer la communication – en relation avec la communication du REFEDD – et une autre aura pour objectif d’informer et de mobiliser les YOUNGO pour la Conférence de la Jeunesse. Cet événement – appelé COY (Conference of Youth) à l’international –  se tient en amont de la COP dans le pays hôte et constitue le lieu de rassemblement des YOUNGO.

Article rédigé par Audrey Renaudin et Philippe Wen

Cassandre Charrier:

0 Comments

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire