Nos conseils pour être écolo et à la mode !

Après ses articles sur comment mettre du Zéro Déchet dans sa cuisine et sa salle de bain, Juliette, chargée de mission alimentation au REFEDD aborde désormais le Zéro Déchet… dans la mode ! Un sujet qui résonne tout à fait avec la Fashion Revolution qui a lieu du 24 au 30 avril 2017, mouvement lancé en 2014 soit 1 an après la tragédie du Rana Plazza (cet immeuble du Bangladesh qui abritait plusieurs ateliers de confection alimentant les circuits de certains géants de l’habillement).

La mode, mauvais élève de l’écologie

Le secteur des vêtements et chaussures pose de nombreux problèmes écologiques et sociaux : que ce soit au niveau de la production (consommation d’eau et de pesticides pour le coton*, fibres issues de la pétrochimie, pollution de l’eau pour teindre les habits ou tanner les chaussures… et conditions de travail désastreuses) ou de la consommation : la fast fashion (les collections sans cesse renouvelées) incite à acheter des habits dont nous n’avons pas besoin. Lorsque nous les donnons, ces habits tous pareils et de faible qualité sont en majorité soit déchirés et utilisés pour faire des fibres d’isolation thermique, soit expédiés, principalement en Afrique, où le secteur textile d’occasion nuit à l’artisanat local. Un dernier problème : la plupart des habits arrivent emballés individuellement dans du plastique dans les grandes enseignes, ce qui génère des déchets.

*Par exemple, environ 20 000 litres d’eau sont nécessaires à la production d’un t-shirt en coton…

La solution, c’est l’occasion !

On trouve des trésors en friperie : vêtements quasi-neufs ou au contraire vêtements vintages, les types de friperie sont extrêmement variés. Certaines peuvent également acheter vos anciens habits. A Paris, je citerais Chinemachine, Bis Boutique Solidaire (politique d’insertion sociale), ainsi que la Petite Rockette (ressourcerie). Partout en France, il y a Emmaüs qui ne fait pas que des habits mais également ressourcerie. A Bordeaux, les étudiant.e.s ont pu profiter de la Semaine Etudiante du Développement Durable pour faire un tour des friperies !

Une autre solution est l’échange : pourquoi ne pas organiser un vide-dressing sur votre campus (Sciences Po Environnement l’a fait), sur votre lieu de travail, entre ami.e.s ? Cela crée du lien et évite d’acheter.

Enfin, il est important de réparer, repriser, raccommoder… plutôt que de jeter. Faites vous-mêmes, vous apprendrez ainsi de nouvelles compétences, ou alors confiez chaussures et habits à votre cordonnier.ère, retoucheur.euse… Cela soutient l’artisanat et le commerce de proximité.

Les jeans craquent souvent au niveau de l’entrejambe, à cause des frottements ou de l’utilisation du vélo mais cela se répare facilement ! Le pull bleu sur la photo ci-dessous était troué au coude (si vous ne repérez pas la réparation, c’est que le travail est bien fait ! 😉 ) . De plus, les trous dans les chaussures se recousent également !

 

Et vous, quels sont vos bons plans pour récupérer, réparer ou échanger des vêtements ? 

 

Vous souhaitez publier un article sur un sujet DD en particulier ? Ça tombe bien, le REFEDD est toujours à la recherche de nouvelles plumes ! Pour cela 2 étapes très simples : prendre connaissance de la charte éditoriale du REFEDD et contactez Cassandre à communication@refedd.org. On vous promet une réponse rapide !

REFEDD: