PAMacée, une enquête à la découverte des plantes qui soignent

PAMacée, une enquête à la découverte des plantes qui soignent

3 mars 2020 Biodiversité 0

Une websérie sur des êtres vivants aux pouvoirs incroyables, des savoirs ancestraux oubliés, des métiers disparus, des pratiques ancrées dans la nature et une ressource menacée ? C’est le but du projet PAMacée, créé par Anne et Lola, deux étudiantes ingénieures du NOISE AgroParisTech.

Une web série sur les plantes médicinales

Pendant 6 mois, nous allons aller à la rencontre d’un ensemble d’acteurs du monde des plantes médicinales (producteurs, cueilleurs, guérisseurs, chercheurs, herboristes, hommes politiques, etc.) dans le but de réaliser une série de courts reportages vidéo. Au travers de nos deux voyages, en Europe occidentale et en Afrique de l’Ouest, nous cherchons à mettre en parallèle les rapports à la santé et aux plantes très différents.

Mais, pour promouvoir la connaissance et la préservation de cette ressource naturelle, nous tenons à être cohérentes. Que ce soit pour voyager en Europe et se rendre au Sénégal, nous ne prendrons pas l’avion. À la place, l’auto-stop et le bateau-stop à bord d’un voilier transformeront notre rapport aux voyages et aux pays traversés. Le voyage devient aventure.

Notre objectif est d’interroger sur notre autonomie en matière de santé et de favoriser la réappropriation des savoirs et des usages liés à des plantes médicinales, dans une perspective de résilience locale. Ce documentaire sera aussi l’occasion d’alerter sur la perte de connaissances autour des plantes médicinales et sur les menaces pesant sur la ressource face à la demande croissante de produits naturels.

L’origine du projet ?

« L’Artemisia annua. C’est cette plante qui m’a fait réaliser le potentiel sous-estimé des plantes médicinales. Alors que les vaccins contre le paludisme sont inefficaces, que les insecticides détruisent la santé des hommes et l’environnement, que les médicaments sont lourds en effets secondaires et que les résistances se développent, il existe une plante qui prévient et soigne cette maladie : l’Artemisia annua. Pourquoi cette plante est-elle si peu connue, alors qu’elle guérit une des plus grandes pandémies au monde ? Pourquoi n’y a-t-il aucune recherche publique sur les vertus de l’Artemisia ? Pourquoi l’OMS déconseille l’utilisation de cette plante ? Pourquoi est-il illégal d’acheter cette plante en France ? 

Je découvre les enjeux autour des plantes médicinales : la disparition du diplôme national d’herboriste, le monopole pharmaceutique, les difficultés des financements d’études scientifiques, etc. Je suis révoltée et passionnée. Alors que je souhaite approfondir ces questionnements pendant mon année de césure, j’apprends qu’Anne monte un projet sur les plantes médicinales. Nous nous appelons. La préservation de la ressource naturelle et des savoirs traditionnels. L’Europe occidentale et l’Afrique de l’Ouest. Nos approches sont complémentaires. C’est une évidence : nous devons mener un projet ensemble. Le projet PAMacée est né. » – Lola

Culture d’Aloe Vera aux Canaries

Pourquoi le projet PAMacée ?

L’urgence des crises environnementales, sanitaires et sociales actuelles exige un changement profond de nos modes de vie. Alors que des alternatives en matière d’alimentation, d’énergie, de mobilité ou encore d’habitat se développent pour aller vers des sociétés résilientes, un secteur peine encore à être pris en considération : la santé. Il nous semble fondamental de questionner ce sujet sensible qui touche l’ensemble de la population.

S’il paraît étrange de se soigner avec des plantes aujourd’hui en Europe, les propriétés thérapeutiques des plantes étaient jusqu’à encore un siècle une évidence. Malgré les vertus incroyables et scientifiquement prouvées de nombreuses plantes médicinales, la phytothérapie n’a pas sa place dans notre système de santé français. Qui en France connaît les vertus des plantes qui poussent devant chez lui ? Qui sait faire des tisanes pour se soigner des maux les plus quotidiens ? Nous ignorons les plantes qui poussent devant chez nous, et nous savons encore moins les utiliser. Chacun gagnerait à redécouvrir cette ressource naturelle au potentiel inestimable.

Toutefois, face à la hausse de la demande en produits naturels, nous devons aussi préserver de façon urgente cette ressource fragile et menacée. Finalement, à travers les plantes médicinales, c’est la réappropriation de sa santé que nous cherchons à encourager. Inciter chacun à se responsabiliser et retrouver de l’autonomie en matière de santé.

Une phrase m’avait marquée lors du mon premier séjour au Sénégal. « Ici, toutes les plantes ont une utilité ». Alimentaire, agronomique, médicinale, spirituelle, une chose est évidente pour les Sénégalais : les plantes ont toutes des vertus, et les hommes en dépendent. »

Lola, du projet PAMacée

Article rédigé par Lola Keraron et Anne Ratimsba

CONTACT :
Lola Keraron /Anne Ratimsba
Adresse mail : lola@pamacee.org / anne@pamacee.org
Site internet : http://pamacee.org/
Facebook
Instagram
Helloasso

REFEDD:

0 Comments

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.