Débuter son potager en novembre : les gestes clés

Débuter son potager en novembre : les gestes clés

23 novembre 2020 Le REFEDD en actions
Crédit photo : Shutterstock

Confinement oblige, vous êtes sûrement à la recherche de nouveaux passe-temps pour mettre à profit votre temps libre. En mars de nombreuses personnes s’étaient déjà prises au jeu du jardinage, si vous aviez raté le coche à l’époque sachez qu’il n’est pas trop tard ! Dans cet article nous vous donnons les conseils essentiels pour débuter un potager en automne.

Préparer le terrain

Crédit photo : Noémie Melen

Que vous disposiez d’un grand jardin, d’un petit balcon ou d’un simple rebord de fenêtre, pas de panique, il est possible d’avoir un potager même avec un très petit espace. Il suffit juste d’avoir les bons ingrédients

1- Observer

Il est important de connaître l’environnement où vous allez réaliser vos plantations, quel que soit l’espace dont vous disposez.
Votre potager sera-t-il orienté au Sud, au Nord ? Recevra t’il beaucoup de soleil durant la journée ? Sera-t-il situé dans un endroit venteux ?
Pensez à installer des plants qui résisteront sans soucis à ces conditions. On ne plantera pas la même chose selon si l’on a un jardin ombragé en Bretagne ou un balcon ensoleillé à Marseille.

Pensez également à l’espace dont vous disposez, adaptez vos plantations à celui-ci.

2- Se procurer l’essentiel

Il est maintenant temps d’acquérir quelques outils indispensables à la bonne marche de votre potager.

Les indispensables

  • Pots

Astuces zéro déchet

  • On fait le tour de son entourage (voisins, famille, amis), ils ont sûrement des pots en rab’
  • On jette un œil dans la rue
  • On réutilise boîtes de conserve, verres, tasses, caisses en bois…
  • On pense à la seconde main

Choisissez des contenants adaptés à vos futures plantations. Pour les aromates, salades, radis et autres petits légumes 20 cm de diamètre et autant de profondeur suffiront, prévoyez au moins 50 cm pour des pois ou des choux.

  • Terreau

On préfèrera un terreau sans tourbe, enrichi en matières organiques, utilisable en agriculture bio, fabriqué en France et labellisé « Ecocert ».

  • Graines

En Europe, 90% des graines appartiennent à 5 grands groupes agro-alimentaires, la plupart d’entre elles étant hybrides et stériles. Promouvez la diversité en choisissant des semences biologiques, reproductibles, de production française et adaptées à votre région.

  • Plants

Si semer vous effraie, de nombreuses plantes sont disponibles à l’état de plant en jardinerie. Ici aussi faites le choix de variétés biologiques et/ou anciennes pour favoriser la biodiversité.

Zéro déchet

Pour les graines et les semis on pense à nos connaissances férues de jardinage, sans doute ont-ils des graines ou des plants à donner et aux sites d’échange de plantes.

Les extras

  • Outils

Si vous démarrez il y a peu d’outils qui soient vraiment indispensables, surtout si vous ne disposez que d’un espace réduit. Pour un jardin, une bêche sera sûrement utile ; au balcon pensez au transplantoir (mini pelle) qui peut cependant être facilement remplacé par une grande cuillère à soupe.

  • Mini serre

Si vous optez pour le semis vous devrez certainement installer une partie de vos plants à l’intérieur car les jeunes pousses craignent souvent les températures inférieures à 20 degrés. L’idéal est donc de les placer dans une serre bien exposée.

  • Sable et/ou perlite

Utile pour les plantes ne supportant pas le trop plein d’humidité. Ces matières à mélanger au terreau favorisent le drainage.

Attention ! Le sable utilisé au potager est du sable de rivière grossier. Il est disponible en jardinerie ou au rayon maçonnerie des magasins de bricolage, on ne se sert pas à la plage.

3- Préparer l’emplacement

Il est maintenant temps d’accommoder le futur nid de vos fruits et légumes.

Si vous cultivez en pleine terre pensez à la décompacter sur quelques centimètres pour faciliter l’implantation.

En pot, installez une couche drainante (billes d’argile ou pierre volcanique) puis votre terreau. Si vous comptez plantes des carottes ou des aromates méditerranéennes, un conseil, mélangez du sable à votre terre.

Astuce zéro déchet

Des bouts de pots cassés en terre cuite ou des pierres remplaceront à merveille les billes d’argile et autres éléments drainants que l’on trouve dans le commerce.

Passer à l’action

Crédit photo : Noémie Melen

Vous disposez maintenant de tous les ingrédients pour vous lancer. Voici les étapes à suivre :

1- Le semis

À noter : Si vous comptez semer vos plants, vous aurez besoin de petits pots.

Pas besoin d’achats inutiles. On récupère boîtes et coquilles d’œufs, pots de yaourts ou rouleaux de papier toilette vides.

Il est important de vérifier si vos graines doivent être semées en intérieur ou directement en pleine terre.

En intérieur on se munit de petits contenants et on ne plante pas plus de 2-3 graines par pot, à 1 cm de profondeur maximum. On arrose légèrement puis on installe tout ce petit monde dans une serre devant une fenêtre.

Il est important de maintenir la terre humide (mais pas détrempée). Un petit vaporisateur constitue l’allié parfait du semeur de graines. Plutôt que d’en acheter un, pensez à vos vieux flacons de parfum ou percez le bouchon d’une vieille bouteille en plastique.

En pleine terre, on plante en sillons ou à la volée. En tous les cas on s’assure de respecter les distances entre chaque graine (indiqué sur le sachet) et encore une fois on plante peu profond. On arrose et on maintient la terre humide jusqu’à la levée.

En novembre on sème : cerfeuil, oseille, carottes, fèves et pois ou salades.

2- Re(planter)

Que vous optiez directement pour des plants ou deviez replanter vos semis la technique est la même :

  • Arrosez abondamment le plant et son futur emplacement.
  • Creusez un trou suffisamment grand pour accueillir vos plantules.
  • Démoulez-les, si les racines sont emmêlées séparez-les délicatement pour favoriser l’enracinement.
  • Installez la plante et recouvrez de terre. Tassez.
  • Arrosez abondamment. Si la terre s’affaisse rajoutez-en.

Ici aussi assurez-vous que les plants soient suffisamment espacés pour qu’ils puissent croître correctement.

En novembre on plante fraisiers, ail, oignon ou rhubarbe.

3- Entretien

Quelques règles à suivre :

– En automne l’arrosage se fait plus distant, mais on ne laisse surtout pas nos plants se dessécher.

– Pour les semis directs on pense à éclaircir (enlever les plants les plus chétifs) pour leur laisser la place nécessaire.

– On protège nos plants du froid :

  • Paillage : n’importe quelle matière organique fera l’affaire (paille, copeaux de bois). On pense aux feuilles mortes de notre jardin ou des parcs alentours pour un paillage zéro déchet.
  • Voile de protection : on couvre les plants les plus fragiles d’une bâche transparente, d’un vieux voilage ou d’une bouteille coupée en 2.
  • On place nos pots contre le mur, à l’abri du vent.

4- Récolter

Une fois vos plants arrivés à maturité il ne vous restera plus qu’à les récolter et à les déguster.

Bonus

Je n’ai pas d’accès à l’extérieur, puis-je avoir un potager malgré tout ?

Certaines espèces peuvent pousser complètement en intérieur pourvu qu’on leur offre une température inférieure à 20 degrés et suffisamment de luminosité.

La mizuna, les laitues à couper ainsi que la plupart des aromates se prêtent à ce type de culture.

Article rédigé par Noémie Melen, rédactrice blog

Sources

Pour aller plus loin

Graines reproductibles

Terreau responsable

Troc de plantes

Comptes Instagram et blogs

Magazines

Livres

REFEDD: