De retour de Bonn : le bilan

De retour de Bonn : le bilan

16 juin 2015 Climat 0

Article 6 intersession Bonn 2015

La seconde session de négociations pour l’année 2015 de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) s’est déroulée du 1er au 11 juin dernier. Avec huit personnes accréditées pour le REFEDD – quatre personnes chaque semaine – la jeunesse française était belle et bien présente au sein de sa constituante de référence, les YOUNGO (YOUth NGOs). Si l’objectif des négociateurs était d’élaguer le brouillon de l’accord issu de la session de Genève afin d’arriver à la COP21 avec un texte d’une quinzaine de pages environ (on parle de « streamlining »), le but de nos jeunes observateurs et observatrices était quelque peu différent.

Observer et influencer

Généralement, le rôle des observateurs du REFEDD est d’assister aux séances de négociations et side-events puis d’en rendre compte, notamment sur Twitter. Cette fois-ci, armé chacun d’un mandat spécifique – défendre l’équité intergénérationnelle, encourager l’éducation au changement climatique, promouvoir la Conférence des jeunes (COY11) organisée fin novembre 2015 à Paris – chaque observateur du REFEDD s’est pleinement investi de sa mission, qui relève principalement du lobbying auprès des délégations.

L’objectif n’est pas d’introduire de nouveaux éléments dans le texte, mais plutôt de militer pour leur maintien. Durant la première semaine, Ariane a ainsi participé à ce que les YOUNGO appellent une « action » : elle a contribué à la rédaction d’un flyer expliquant la nécessité de conserver la mention de l’équité intergénérationnelle dans le texte, puis à sa distribution aux membres des délégations. Un attroupement de négociateurs s’est même formé devant la plénière où était discuté ce texte. Preuve que les YOUNGO ont réussi à mobiliser les parties sur ce sujet.

Éducation : la parole est à la jeunesse

Du côté de l’éducation au changement climatique, Thomas a eu la chance de pouvoir prendre la parole sur ce sujet dès son premier jour sur place. Aidé par une membre de la Coalition climat jeune du Royaume-Uni (UKYCC), il a rédigé un discours d’environ 3 minutes qu’il a ensuite prononcé lors d’une réunion sur l’article 6 de la CCNUCC – article se référant notamment à la thématique de l’éducation au changement climatique. Le dialogue sur cet article a duré deux jours pendants lesquels des intervenants présentaient leurs actions sur l’éducation puis le travail était réparti par groupe. Pour chaque sujet proposé, les acteurs du groupe de travail devaient déterminer les facteurs de succès, défis, besoins et recommandations afin de permettre à l’éducation au changement climatique de progresser. Ainsi, grâce au travail de Thomas pendant la première semaine puis d’Alix, les éléments que les YOUNGO souhaitaient voir figurer sur l’éducation (notamment les ressources à allouer) ont été retenus par les groupes de travail, dans la perspective de la COP21 et dans l’évaluation de la mise en oeuvre de l’article 6.

Maintenant on dit « ACE » !

La secrétaire exécutive de la CCNUCC, Christiana Figueres, a fait part de son intention de changer l’appellation de l’« article 6 » de la convention de 1992. Il reflète mal, selon elle, l’importance des notions qui y sont abordées : l’éducation et la formation au changement climatique, l’accès à l’information, la prise de conscience et la participation du public, la coopération internationale. Les YOUNGO ont donc organisé une action pour recueillir les suggestions, lesquelles ont ensuite été transmises au secrétariat qui a dévoilé le nom retenu le dernier jour de l’intersession. L’article 6 s’appelle désormais : « Action for Climate Empowerment », soit ACE. Cela étant, l’article 6 de la convention reste toujours l’article 6.

YOUNGO Christiana Figueres Bonn 2015

Du côté des négociateurs, ambiance cordiale mais travail lent

Le travail de « streamlining » s’est déroulé très lentement : d’un peu plus de 90 pages au début de la session, le texte a été réduit à 85 pages. La préoccupation est donc grande puisqu’il ne reste que deux sessions d’une semaine chacune pour que le texte soit prêt avant la COP21. Les parties ont donc demandé aux co-chairs, qui président les séances de négociations, d’établir un texte mettant en relief les points de consensus afin d’accélérer le travail. Toutefois, en raison de la lenteur des travaux, les références à l’équité intergénérationnelle et à l’éducation au changement climatique n’ont finalement pas été mises en danger pendant cette intersession de juin. Il faudra néanmoins rester vigilant car plusieurs parties ont proposé de réduire considérablement voire de supprimer la section C, consacrée aux objectifs et aux principes généraux. Or, à ce stade, elle contient plusieurs références à l’éducation au changement climatique, au respect des droits de l’Homme et au rôle de la société civile.

Et la suite côté REFEDD ?

Logo COY11 Conférence des Jeunes Paris 2015Le REFEDD prépare aussi la suite des événements. Lors de conférences de presse et de side-events Maxime et Léa ont présenté la Conférence des jeunes (COY11) qui aura lieu du 26 au 28 novembre à Paris avant la COP21 et que le REFEDD co-organise. Les pré-inscriptions sont ouvertes !

Vous pouvez aussi retrouver le webinar La France guidera-t-elle le monde vers un accord universel à Paris ? que le REFEDD a organisé en direct du centre de conférences de Bonn, en collaboration avec CliMates et Adopt a Negotiator.

Article rédigé par Audrey Renaudin et Philippe Wen

REFEDD:

0 Comments

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire