YOUNGO, le groupe des jeunes aux COP

YOUNGO, le groupe des jeunes aux COP

10 décembre 2015 Climat 0

Nous vous parlons souvent des négociations climatiques ces temps-ci et notamment de YOUNGO.

YOUNGO, c’est la contraction de YOUTH + NGOs, soit en français jeunesse + ONGs. Vous l’aurez donc compris, YOUNGO regroupe les organisations jeunes du monde entier au sein de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques – CCNUCC (l’organe onusien chargé des négociations sur le climat).

Les membres de la société civile, autorisés à assister aux négociations en tant qu’observateurs, sont ainsi regroupés sous l’appellation de « constituante », qui sont au nombre de neuf. Les premières ayant été reconnues par la CCNUCC sont les ONGs environnementales (ENGO) et les entreprises (BINGO). Cela s’est fait un peu plus tardivement pour YOUNGO, peu avant 2011.

Réunion YOUNGO COP21

Réunion YOUNGO du matin

Faire partie de YOUNGO, ça veut dire quoi ?

Le REFEDD, en tant qu’ONG étudiante, est rattaché au groupe YOUNGO. Lors de la demande d’accréditation pour assister aux négociations, l’organisation doit se rattacher à une constituante. Toutefois, cela n’est ni officiel, ni contraignant.

Le premier pas pour prendre part à la vie de YOUNGO consiste à rejoindre les différentes mailing-lists et groupes Facebook. Être actif comporte de nombreux avantages. Tout d’abord, on peut participer aux discours et conférences de presse accordées au groupe YOUNGO (toutes les constituantes ont la possibilité de faire des discours). Que le discours soit rendu à l’écrit (et publié sur le site de la CCNUCC) ou délivré en plénière, c’est un travail collectif qui est fait sur l’écriture. Quand il est possible de prononcer le discours, une personne est choisie pour le faire. C’est ainsi ce qui est arrivé à Philippe la semaine dernière (retransmission à 37’20). Etre actif au sein de YOUNGO permet également de recevoir les informations sur les rendez-vous avec le secrétariat, comme par exemple entre Christiana Figueres, la secrétaire exécutive de la CCNUCC, et les observateurs. Pour finir, cela permet d’avoir des informations pratiques pour obtenir de précieux tickets qui nous permettent d’assister aux plénières (premier arrivé, premier servi).

Et sinon, comment ça fonctionne ?

Comme les autres constituantes, les relations entre YOUNGO et le secrétariat de la CCNUCC sont gérées par des focal points. Nous en avons deux, un pour les pays dit du Sud et un pour les pays du Nord. Ils ne sont en aucun cas les représentants des YOUNGO. Ils sont donc supposés être neutres et ne pas profiter à titre personnel des informations qu’ils reçoivent.

L’élection des focal points a lieu chaque année lors de la COP. Tous les inscrits sur la mailing-list officielle des YOUNGO peuvent voter, soit à titre individuel soit au nom de l’association avec laquelle ils sont présents à la COP. Cette élection est organisée par la Bottom Lining Team (BLT), qui s’occupe de faciliter l’organisation de YOUNGO tout au long de l’année. Cette année, les candidats ont tardé à se déclarer. Finalement, un candidat pour le Nord (Timothy Damon, de SustainUS) et une candidate pour le Sud (Miriam Somocurcio, de CliMates) se sont déclarés et ont été élus lundi 7 décembre. Leur mandat sera effectif à partir du 12 décembre et ce jusqu’à la fin de la prochaine COP (qui aura lieu à Marrakech).

Election focal points YOUNGO COP21

Miriam Somocurcio (sweet blanc) et Timothy Damon (à droite), les nouveaux focal points YOUNGO

Comment s’investir dans YOUNGO ?

Les membres de YOUNGO se répartissent dans six groupes de travail : éducation, équité intergénérationnelle (aussi appelé intEq), pertes et dommages, droits de l’homme, zéro déchet et objectifs à long-terme. Cette division permet de se concentrer sur un sujet précis du texte de l’accord, de travailler dessus, puis de faire du lobbying auprès des pays. En gros, cela consiste à discuter avec les membres des différentes délégations pour leur expliquer pourquoi tel ou tel sujet est important et mérite sa place dans le texte. Pour être efficace, il faut trouver des alliés en ciblant les pays ayant soutenu son sujet en question, pour ensuite les pousser à convaincre les autres pays. Parfois, les YOUNGO ont aussi la possibilité de soumettre des propositions d’article (c’est-à-dire qu’il faut rédiger un article tel que nous aimerions le voir dans l’accord, pour que les pays s’en servent comme base). Le travail s’organise au moyen de groupes Facebook et de mails diffusés dans les différentes mailings YOUNGO. Certains ont également des groupes WhatsApp afin d’assurer l’efficacité du groupe lors des intersessions et COP.

Trois groupes opérationnels ont récemment été créés : politique (chargé de coordonner les différents groupes de travail de YOUNGO et d’engager les jeunes à travailler sur l’aspect politique des négociations), communication et actions. Ce dernier point est important car, en plus du lobbying, les YOUNGO sont à l’origine de nombreuses actions (parfois plusieurs par jour). Les actions sont des sortes de mini-manifestations servant à alerter les négociateurs sur les sujets défendus par les jeunes. Lors de la COP, il y a ainsi eu plusieurs actions du groupe intEq. Ces actions doivent être acceptées par le secrétariat de la CCNUCC et la sécurité doit également être mise au courant (autrement la sanction est le renvoi de la COP).

Action équité intergénérationnelle COP21 YOUNGO

Les programmes de la journée, les différentes annonces des groupes de travail et les actions prévues sont discutées lors du rendez-vous quotidien de 8h. Pour ajouter un point à l’ordre du jour, il suffit de demander aux facilitateurs avant le début de la réunion. Les décisions étant prises par consensus, il est possible de poser un red flag (veto) pour montrer son désaccord.

Mais finalement, qu’en penser ?

Il y a énormément de choses chouettes dans YOUNGO. Tout d’abord, on rencontre des gens qui viennent de partout dans le monde, avec qui on peut discuter et échanger. A Bonn au mois de juin par exemple, mais aussi à Genève en février, nous nous retrouvions le soir dans un bar pour boire un verre tous ensemble.

Toutefois, il y également des choses qui ne fonctionnent pas. Il est très difficile de coordonner efficacement YOUNGO, les points de vue étant loin d’être convergents. La question de la différenciation entre pays du Nord et pays du Sud est par exemple un point régulièrement abordé et, si certaines des remarques qui sont exprimées sont légitimes, ce n’est pas le cas de toutes. Les points de vue politiques et les positions sont également très différents, certains étant d’accord avec l’idée de travailler au sein du système onusien, d’autres le rejetant complètement (on peut alors se demander pourquoi ils sont là). Ainsi, lors des conférences de presse ou des déclarations accordées aux YOUNGO, il faut généralement plusieurs heures de discussion pour parvenir à un résultat. Creux, la plupart du temps, puisque les membres ne parviennent à accorder leurs violons.

YOUNGO réunion COP21

Il y a aussi cette volonté, chaque année selon les dires des « vieux de la vieille », de réformer YOUNGO en essayant de rendre le groupe plus inclusif. Cette année à Paris la principale proposition a été la mise en place d’un ice-breaker, dans le but de rencontrer les autres YOUNGO plutôt que rester assis avec sa propre délégation. Même si je considère que l’idée est bonne sur le fond, je trouve qu’elle est difficile à rendre effective puisque les gens sont rarement à l’heure, ce qui fait que la réunion commence en retard et que l’ordre du jour ne parvient pas à être bouclé.

Mais YOUNGO a aussi des réussites : le lobbying mené par certains groupes, comme par exemple celui du groupe éducation, a permis de voir l’adoption de la version de l’article souhaité par les YOUNGO (article 8bis).

Néanmoins, la question de l’utilité de YOUNGO commence à se poser de plus en plus parmi les organisations jeunes, bien que l’annonce de l’élection de Miriam et Tim comme focal points suscite l’espoir pour beaucoup d’entre nous.

Article rédigé par Audrey Renaudin

REFEDD:

0 Comments

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire