Retour sur les RENEDD 2018 : « Plus de DD dans ton asso »

14 mai 2018 Les initiatives DD 0

Cette table-ronde était dédiée à la responsabilité sociétale des organisations. Elle visait à expliquer ce qu’est la Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO) et comment la mettre en place au sein de son association étudiante, ainsi que de souligner les avantages d’une telle « politique associative ». Lors de cette table-ronde, nous avons eu la chance d’avoir des représentant.e.s à la fois du monde associatif étudiant et d’une grande mutuelle (la MGEN).

Les intervenant.e.s

  • Juliette Grao : rédactrice en chef du guide RSO pour le REFEDD.
  • Pierre-François Szczech : conseiller RSE à la MGEN.
  • Léna Lazare : présidente de LUPA (Les Universitaires Planteurs d’Alternatives) sur le campus Pierre et Marie Curie.
  • Manon Salaün : bénévole sur le projet Ecofest de l’association Impact à Grenoble Ecole de Management.

Qu’est-ce que la RSO : définition et historique

La RSO n’est plus une mode, mais une urgence. Elle fait partie du monde de l’économie sociale et solidaire dont toutes organisations devraient s’inspirer. Sous sa forme moderne, elle est apparue dans les années 1990. L’accord de Kyoto y a participé. La RSO est un impératif pour le monde de demain.

La RSO est aussi une démarche de communication, mais qui se veut transparente. La MGEN a pour but de servir un objectif public. Il est plus facile de justifier la RSE, mais ça ne présuppose pas non plus que ce genre d’organisation suive forcément une démarche RSE. Si la MGEN s’est engagée dans une telle démarche, c’est parce que l’un de ses présidents s’y est intéressé en 2009. La RSE est un outil qui souligne les points sur lesquels il faut évoluer et développer les avancées déjà mise en place. La démarche RSE peut également venir du public, des bénévoles, de l’équipe associative. Au sein d’une grosse structure, c’est également la réglementation qui permet de faire avancer les choses.

Mettre en place la RSO dans son asso

Dans une association, notamment étudiante, l’une des choses à mettre en place pour avoir une démarche RSE est l’éco-responsabilisation de ces événements. L’association Impact a un projet de labellisation de ces événements appelé « Ecofest ». Cette labellisation se base sur 7 critères dont les transports, la communication, l’alimentation, l’hébergement, les déchets, … Quelques exemples simples : utiliser des écocups, faire de la prévention contre les déchets en amont de l’événement, imprimer le moins possible d’affiches et de prospectus, établir des partenariats avec des entreprises clean, …

Il ne faut pas être trop exigeant. Le programme pour aboutir à une démarche de RSE est transitionnel, non pas révolutionnaire. Tout le monde n’est pas sensibilisé à la RSE. C’est aussi une question générationnelle : les générations plus jeunes sont plus sensibilisées que celles de nos aînés. Dans 20 à 30 ans, il devrait être plus facile d’avoir une politique de RSE dans son association.

Valoriser sa démarche RSO : le label Ecofest

Pour bénéficier du label Ecofest, il faut passer trois audits. Après ces audits, il faut avoir au minimum une moyenne de 13 pour voir son événement labellisé. L’aspect sociétal sera plus présent dans les années à venir qu’il ne l’est pour l’instant.

L’avantage d’un tel label, c’est que ça peut jouer en la faveur de l’association qui souhaite monter un projet et a besoin de l’appui de l’administration de son université, ou qui a besoin de subvention. Egalement en ce qui concerne la communication, c’est un bon moyen de sensibiliser les personnes. Le label ajoute une vraie plus valu. Une image positive donne envie de s’investir dans l’association. La communication doit être transparente.

L’économie sociale et solidaire devraient avoir sa propre définition de la RSE et que celle-ci soit plus ambitieuse en termes d’objectifs à atteindre et plus rigoureuse que pour les autres organisations.

Les associations peuvent profiter de la vague RSE pour en faire une norme à l’avenir. En choisissant ses financements, on facilite la démarche RSO.

Travailler dans la RSO

Appliquer une politique de RSO dans son association permet aux étudiants d’apprendre le management, de gérer ses ressources humaines et ses partenariats de manière rigoureuse. Ce peut être un atout pour la carrière future. Cette première expérience permet d’être plus conscient. L’enjeu, à plus grande échelle, est de parvenir à normaliser la RSO dans les business plan des entreprises. La RSO doit être considérée comme un enjeu de développement.

Plusieurs questions sont soulevées par le métier de conseiller en RSE : égalité Femme – Homme, transition écologique… Il appelle à beaucoup de compétences, ce qui fait qu’il n’y a pas un chemin d’études précis. Mais la posture de RSO, ça s’apprend.

Les ODD ont été rajoutés dans les réglementations RSO. Pour l’instant, ils commencent à être installés comme des outils de communication.

REFEDD:

0 Comments

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire