Plaidoyer étudiant local : le nouveau Livret de l’association LUPA pour une Sorbonne Université éco-responsable

L’association Les Universitaires Planteurs d’Alternatives (LUPA) – asso membre du REFEDD qui rassemble étudiant.e.s et personnel pour la protection de l’environnement à l’échelle de Sorbonne Université[1] depuis 2016 – vient de publier la 3e édition de son « Livret de propositions pour une université éco-responsable » à l’attention de la gouvernance de Sorbonne Université et de ses usagers.  À l’occasion de cette 3e édition (la première date de janvier 2018), l’association a largement complété et retravaillé en profondeur son inventaire de propositions qui visent à donner des mesures concrètes pour éco-responsabiliser la formation, la recherche ainsi que le fonctionnement de l’université.

 

 

La toute fraîche 3e édition du livret de LUPA !

Le Livret est téléchargeable en pdf : https://assolupa.wordpress.com/nos-propositions-pour-une-universite-ecoresponsable/

À travers ses différents groupes de réflexion, l’association LUPA a, depuis sa création en 2016, entamé un travail de plaidoyer auprès de l’université et du CROUS afin de rendre Sorbonne Université (SU) éco-responsable. « Nous voulons transformer notre université en proposant des projets concrets pour qu’elle devienne exemplairement écologique. En tant que lieu de transmission du savoir et de recherche et d’innovation central dans notre société, il est essentiel que notre université soit durablement respectueuse de l’environnement et qu’elle montre l’exemple. »

Les  membres de l’association ont ainsi inventorié leurs propositions pour un campus d’université éco-responsable dans un Livret qui d’ailleurs reçu le soutien de l’Institut de Transition Environnementale de Sorbonne Université (SU-ITE), de la Mairie de Paris, du REFEDD ainsi que celui de l’ensemble des élu.e.s étudiant.e.s du conseil d’administration de Sorbonne Université.

 

 

Des propositions pour protéger l’environnement de façon systémique à l’échelle de l’université

Premièrement, le Livret contient désormais un Manifeste en première partie, notamment en vue de rappeler l’urgence de la situation environnementale et l’intérêt d’agir localement à l’échelle de notre université de façon systémique (que ce soit dans l’enseignement/recherche ou les activités du campus en lui-même).

Deuxièmement, LUPA demande rationnellement à l’université de diminuer drastiquement les émissions de gaz à effet serre et ses pollutions et d’agir pour la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles. Pour cela, iels demandent à l’université de garantir des principes de protection de l’environnement tels que la prévention et la réparation des dommages à l’environnement ; la participation, l’information et la concertation des usagers ; la non-régression de sa protection de l’environnement (principes généraux du droit français).

 

 

Ainsi, d’une part, LUPA propose à SU que son fonctionnement devienne éco-responsable. Le Livret liste donc les actions qui peuvent être menées dans les secteurs suivants : consommation de ressources en général, production de déchets, énergie & bâtiments-infrastructures, énergie & transports, alimentation, végétalisation, numérique, désinvestissement des finances du secteur des énergies fossiles, sensibilisation, engagement des universitaires et activités associatives. D’autre part, l’association propose que l’éducation/sensibilisation et la formation/recherche intègrent davantage les problématiques environnementales.

De plus, pour permettre la réalisation de ces actions, le Livret propose la mise en place d’un cadre spécifique pour la gestion environnementale de l’université : élaboration et réalisation de plan d’actions (annuels et pluriannuels), création d’une instance multi-acteurs et de postes de personnel mandaté spécifiquement pour la gestion environnementale, réalisation de bilans environnementaux réguliers, etc.

Enfin, pour appuyer sa demande de bilan environnemental de l’université – qui concerne les données relatives à la consommation de ressources (énergie et eau notamment) et à la production de déchets/ressources des campus de SU –  le Livret communique des types de documents et d’indicateurs qui peuvent permettre à l’université de réaliser son premier bilan environnemental.

 

Le campus Jussieu de SU lors de sa renovation entre 2006 et 2009, source : http://www.ingerop.fr/)

Depuis la rentrée 2018-2019, une sérieuse volonté de changement affirmée par la gouvernance de Sorbonne Université à la demande des élu·e·s étudiant·e·s et de LUPA

À la rentrée 2018, l’ensemble des élu·e·s étudiant·e·s siégeant au Conseil d’Administration de SU ont conjointement présenté un texte co-rédigé avec l’association LUPA. Le président était favorable à l’adoption de ce texte[2] avec quelques modifications, après quoi cette motion a été adoptée par le CA de SU le 2 octobre 2018. Par cette déclaration, Sorbonne Université reconnaît que « Face à l’urgence de la situation environnementale et compte tenu des impératifs institutionnels mentionnés [Plan Vert notamment] » elle souhaite s’engager afin que « l’université devienne durablement respectueuse de l’environnement ». En conclusion « Le conseil d’administration appelle la communauté de SU, étudiant·e·s et personnels, à se saisir de cet enjeu et demande au président de lui présenter en 2019 une charte et un plan pluriannuel de développement durable pour Sorbonne Université ».

En novembre 2018, en concertation avec les élu·e·s étudiant·e·s et LUPA, la présidence a retenu les objectifs suivants pour le printemps 2019 :

  1. faire un bilan environnemental de SU
  2. rédiger une charte ambitieuse mais réaliste,
  3. faire un plan pluriannuel d’actions incluant des action concrètes à mettre en œuvre dès 2019 et un plan de moyen et long terme.

Alors, afin mettre en œuvre ces objectifs d’ici juin 2019, l’université a démarré un groupe de travail avec les élu·e·s et des experts dont LUPA fait partie.

Pour suivre la transition environnementale de Sorbonne Université vous pouvez suivre les articles de LUPA à ce sujet.

 

Un inventaire de propositions qui peut inspirer d’autres établissements d’enseignements et le prochain guide du REFEDD

L’association invite tous les étudiant.e.s, gouvernances, administrations et association des établissements d’enseignement à s’inspirer de ses propositions pour rendre les établissements durablement respectueux de l’environnement !

De plus, ce travail fournit une base documentaire supplémentaire pour le guide du REFEDD pour des campus durables dont la refonte commencera  incessamment sous peu. Ce guide du REFEDD donnera davantage d’astuces, de conseils et d’expériences au sujet de la gestion environnementale des établissements d’enseignement supérieur. Pour contribuer à la refonte du guide pour des campus durables datant de 2014, vous pouvez d’ores et déjà envoyer vos suggestions et contributions à l’adresse projet@refedd.org

LUPA, une asso force de propositions, mais avant tout une asso animatrice de la sensibilisation sur le campus

LUPA, ce sont d’abord des volontaires qui animent des activités de sensibilisation auprès des étudiant.e.s et des membres du personnel de l’université. L’association organise des conférences et projections-débats avec des experts de l’environnement, des chercheurs, des associations et autres personnalités.

Tous les lundis, l’asso facilite une vente de paniers de fruits et légumes locaux qui sont issus de l’agriculture biologique. Cette vente se fait en circuit direct producteur-consommateur. Aussi, l’asso propose régulièrement des repas cuisinés collectivement avec les aliments invendus des commerces biologiques du quartier (disco-soupes, heyhey avec de la musique).

 

Préparation d’un repas avec les invendus des marchés du quartier

 

LUPA organise également d’autres activités. Par exemple, des volontaires organisent des ateliers semis ou des ateliers de fabrication écologique de produits hygiéniques ou ménagers. Aussi, des volontaires tiennent des stands lors d’événements à l’université, par exemple des volontaires l’ont fait lors de la Fête de la Science sur le campus de Jussieu afin de sensibiliser à la biodiversité. Et depuis cette rentrée, LUPA a co-organisé un week-end d’intégration alternatif avec la Baffe (association féministe de la faculté des Lettres) pour sensibiliser à l’environnement et à d’autres problématiques sociétales.

Enfin, chaque année sur le campus Jussieu, l’asso organise un festival éco-responsable avec des musicien·ne·s, des ateliers, des stands associatifs, des conférenciers, des projections de documentaires, etc.
Cette année le festival aura lieu du 17 au 20 avril.

 

Article rédigé par l’association LUPA – Les Universitaires Planteurs d’Alternatives
Mail : lupa.association@gmail.com
Facebook : @assoLUPA
Site internet : https://assolupa.wordpress.com

 

[1] Sorbonne Université est le nouvel établissement issu de la fusion, en janvier 2019, des universités Pierre et Marie Curie (Paris 6) et Paris-Sorbonne (Paris 4).
[2] La « motion développement durable » adoptée par SU en octobre 2018 est disponible sur le site web de SU (page 34-36 du PV du CA du 02.10.2018) :  http://www.actesreglementaires.sorbonne-universite.fr/fr/conseils-centraux/conseil-d-administration.html 

 

REFEDD:

0 Comments

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.