Le REFEDD à Bonn pour les intersessions post COP23

Depuis le 30 avril, Auriane, Inès, Margot et Lucas sont à Bonn, en Allemagne, pour assister aux intersessions des négociations climatiques internationales, qui font suite à la COP23 de novembre 2017 et préparent la COP24 de décembre 2018. Jusqu’au 10 mai, les étudiant.e.s vous feront vivre l’événement de l’intérieur au travers de reportages et d’articles de fond… mais commençons déjà avec un récap’ de cette première semaine de négo ! 

La belle équipe dans l’atrium du World Conference Center de Bonn.

Il est six heures du matin, les voyageurs et voyageuses endormi.e.s patientent sur le quai de la Gare du Nord. Parmi cette troupe, nous (Auriane, Inès et Margot, les 3 nouvelles membres de la délégation REFEDD aux COPs) accusons le manque de sommeil. Il va pourtant en falloir de l’énergie pour affronter les négociations climatiques qui les attendent à Bonn : nous nous rendons en effet aux intersessions de mai 2018 en prévision de la COP24 !

 

Les interesessions : kézako ? 

Les intersessions sont la rencontre des délégations des parties venues du monde entier afin de préparer la prochaine COP24 (en décembre à Katowice, en Pologne). Plus de 190 pays sont attendus, mais également des organisations représentant la société civile, dont le REFEDD. Les organes de la CCNUCC (Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique) s’y retrouvent donc pour discuter de la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Nous posons les pieds pour la première fois dans le hall du World Conference Center, où nous sommes accueillies par Lucas, notre guide expérimenté (celui-ci a déjà 3 COPs à son actif). Heureusement, parce qu’il y a de quoi être perdues toutes seules : groupes de travail, sessions de négociations, réunions plénières, conférences et ateliers de discussions se déroulent simultanément dans plus d’une dizaine de salles. Nous découvrons nos meilleures amies pour la semaine : les CC TVs, des écrans affichant en temps réel l’emploi du temps de la journée.

Genre, technologies et éducation : les intersessions dans tous leurs états

Au menu, des négociations sur des thèmes variés. Ce sera « Genre et adaptation » pour Auriane, « Capacity-building et transfert de technologies » pour Inès et « Conflits d’intérêts et éducation du public » pour Margot. Mais surtout, nous sommes là pour vous faire découvrir comment se déroulent des négociations.

Les négociateurs sont d’une politesse exceptionnelle. On s’attendait à du sang et des larmes, et on a été servies à grand renfort de « Mes chers et distingués délégués » ou encore, « Je souhaite vous remercier pour ce merveilleux et fantastique travail que vous réalisez » ! Les enjeux cachés derrière ces belles formules n’en restent pas moins cruciaux, et sont discutés de manière très détaillée et technique par les experts des délégations. Si, lors des séances de négociations, nous nous contentons d’observer et de prendre des notes (beaucoup de notes), nous avons été surprises par l’absence de barrières entre les délégations et les observateurs lors des ateliers et conférences.

Nous avons également pris part, au cours de la semaine, aux différents travaux des YOUNGO, la constituante des associations représentant la jeunesse : actions pour éveiller l’attention sur des questions qui nous tiennent à cœur (comme les conflits d’intérêts), participation à des groupes de travail sur des thématiques communes, prises de position et de parole devant les délégations… Une fois la réunion YOUNGO matinale finie, on se répartit chacune sur nos thématiques, et après une journée aussi chargée, c’est toujours un plaisir de se retrouver autour d’une bonne bière allemande, pour débriefer nos aventures !

Une bonne bière allemande… ou du bon vin rouge (allemand ?) 😉

 

On vous retrouve très vite pour décrypter ensemble les négociations que nous avons suivies. A bientôt !

Suivez les interesessions sur :

La semaine prochaine, la joyeuse équipe se rejoint par Juliette et Quentin, qui étaient aussi à la COP23 de novembre 2017.

Article rédigé par Auriane, Inès et Margot.

 

REFEDD: