Dernières étapes avant la COP21, l’intersession de Bonn jour après jour

Dernières étapes avant la COP21, l’intersession de Bonn jour après jour

21 octobre 2015 Climat 0

Les représentant.e.s du REFEDD, Lucas, Cyril et Lise, raconte leurs aventures jour après jour durant l’intersession de Bonn d’octobre 2015. Leurs mandats (c’est-à-dire les sujets sur lesquels ils doivent travailler) sont éducation et équité intergénérationnelle (inteq pour les intimes). A quelques semaines de la COP21, les délégations ont du pain sur la planche !

Pour faire un bilan des négociations, vous trouverez un dossier d’analyse sur les négociations elles-mêmeréalisé par Cyril Ntone.

JOUR 5 : VENDREDI 23 OCTOBRE

8h : Assemblée YOUNGO

Dernière journée. Nous nous retrouvons une dernière fois dans la salle ronde. Nous faisons un compte-rendu de la semaine et des changements d’organisation des YOUNGO pendant cette intersession. Mais cette dernière assemblée avant nos retrouvailles à Paris est surtout le moment de nous pencher sur la suite, c’est-à-dire la COY11 et la COP21. Il faut continuer à se coordonner en termes de communication et de mobilisation. Il faut aussi préparer dans les semaines qui viennent des actions pour être actif dès le début de la COP21. Enfin, les groupes de travail doivent avancer chacun de leur côté tout en s’intégrant dans la nouvelle structure YOUNGO. Évidemment, le REFEDD continuera à prendre part aux groupes Education et Inteq pour cette dernière ligne droite. Des réunions plus spécifiques de différents pôles auront lieu dans la journée.

9h15 : Finalisation de la proposition de YOUNGO concernant l’Éducation et les autres aspects de l’Action pour l’autonomisation climatique (Action for Climate Empowerment, anciennement Article 6)

Nous devons travailler rapidement car il s’agit du dernier jour de négociations et le  « spin-off » sur l’article concerné débute aux environs de 11h. Dès 10h, nous envoyons notre proposition de texte à Maria Vuorelma, déléguée de l’Union Européenne en charge de cette thématique-là. S’en suit un échange de mails de près de deux heures pour améliorer ce document. Les délégués du REFEDD et les autres jeunes présents à Bonn sont soutenus via Skype par Sébastien Duyck, juriste et ancien YOUNGO encore très mobilisé. À midi, nous renvoyons une version finale de notre proposition à Maria ainsi qu’au délégué de la République Dominicaine. Mais les négociations du « spin-off » ont déjà commencé ! Comment contacter le maximum de représentants de Parties au plus vite ?  Au bout d’un moment, nous arrivons à convaincre la sécurité de nous laisser entrer dans la salle de réunion pour simplement distribuer notre proposition imprimée.

12h50 : La pression retombe

Nous avons fait tout ce que nous pouvions. Il ne nous reste plus qu’à attendre la fin de la séance pour pouvoir parler aux négociateurs. Après avoir discuté avec plusieurs délégations, nous sommes assez satisfaits de nombreux retours positifs sur la qualité de notre texte, en particulier de la part de pays du G77. Un regret néanmoins, c’est que notre proposition ne soit pas arrivée plus tôt, car il semblerait que les Parties s’en seraient alors servies comme base aux négociations sur cet article.

Après cette matinée intense nous soufflons quelques instants. Mais quelques instants seulement puisque très peu de temps après nous croisons Paul Watkinson, chef de la délégation française avec qui nous engageons la discussion. Nous parlons de divers sujets et il semble content de pouvoir entrer en contact avec les délégations YOUNGO françaises.

Nous continuons la promotion de notre proposition une bonne partie de l’après-midi. Suivant les conseils de nos  précédents interlocuteurs nous cherchons en particulier le Japon, le Canada, l’Australie et les Etats-Unis. Nous trouvons les délégués américains pendant leur pause-déjeuner mais les autres nous aurons échappés.

18h30 : Plénière de bilan

Programmée pour 16h, décalée à 17h, puis enfin commencée à 18h30, voici donc la dernière séance. Les coprésidents font l’état des lieux d’un texte de 55 pages que les Parties adoptent. De nombreux pays commentent pour dire que la vitesse et le résultat est en dessous des attentes mais que le processus a fini par se mettre en place et que le texte est finalement équilibré et acceptable.

Notons par ailleurs la prise de parole de la délégation mexicaine qui a commenté l’arrivée de l’ouragan Patricia sur leur pays. Cette prise de parole applaudie par toute la salle démontre l’urgence d’adopter un texte ambitieux et efficace à Paris, dans une quarantaine de jours seulement.

20h : Soirée YOUNGO

C’est le dernier soir tous ensemble et à cette occasion nous nous sommes retrouvés en ville pour diner et boire un verre. C’est aussi ça l’esprit de la communauté YOUNGO.

Les regards et les projets se tournent maintenant vers la COP21 et le REFEDD vous donne rendez-vous pour cet évènement historique chez nous en France !

JOUR 4 : JEUDI 22 OCTOBRE

8h : Assemblée YOUNGO

Les trois premiers jours se font sentir : la réunion ne commencera finalement qu’à 8h15 suite à une épidémie de retard. La partie politique n’est qu’un débriefing de la veille. La partie communication permet de préparer la suite de la campagne sur notre intervention. Enfin, la partie action est quant à elle assez longue puisqu’aujourd’hui se tiennent deux actions impliquant YOUNGO. L’une pour lutter contre l’investissement dans le charbon et l’autre pour sensibiliser aux problèmes de santé entrainés par le changement climatique. On prépare aussi des réunions avec les délégués puisque YOUNGO discutera aujourd’hui avec la délégation Suédoise, Norvégienne, Européenne et Française.

9h : Réunion RINGO (ONG de Recherche Indépendantes)

«  Le problème dans ce processus c’est qu’on n’admet pas être déjà au point de non-retour » (en VO : The problem with this process is that we dont recognize we are at the tipping point.) Autrement dit, le réchauffement climatique est un problème politique et non pas technique.

Cette séance permet aussi de récolter un peu d’informations sur les négociations qui ont lieu en privé. Il semblerait que même si certaines délégations disent à la presse qu’elles souhaitent voir les observateurs à nouveau dans les salles de négociations, une fois à huis clos, tout le monde semble d’accord pour le rester.

9h15 : Action  « Stop Coal Finance »

Action pour lutter contre l’investissement dans les énergies fossiles et en particulier l’utilisation massive d’énergie fossile au Japon depuis l’accident de Fukushima. C’est le pays qui investit le plus dans le charbon, loin devant les Etats-Unis et la Chine. #stopfundingfossils

10h15 : Réunion « Daily tck »

Des discussions ont lieu sur les différents « spin-off »* pour tenter de faire un bilan des informations que les observateurs ont réussi à récolter. L’Afrique du Sud et l’Australie ont parlé de l’objectif à long terme (long-term goal). Lors de leur briefing d’hier les coprésidents ont annoncé qu’il y aurait un article à la fin de la semaine qui servira probablement de base pour l’accord de Paris. Cependant, le texte de Genève reste le texte officiel d’un point de vue juridique pour le moment.

* Rappel (ou pas) : Les négociations peuvent se dérouler sous deux statuts, les contact groups et les spin-off groups. Il existe plusieurs subtilités mais la différence principale est le fait que les premiers sont des séances ouvertes à la société civile et que les seconds ne le sont traditionnellement pas. Par ailleurs, c’est également une excuse pour rajouter deux acronymes à la liste : CG et SOG.

11h : Réunion « Policy » de YOUNGO (autour des thématiques lié à la politique des négociations ou du groupe)

Nous préparons des questions pour la présidence de la COP21 et souhaitons demander comment les personnes non-accréditées pourront être incluses au sein du processus de réflexion. Cela permettrait en particulier de questionner sur la place des productions de la COY11. Nous préparons aussi la rencontre avec les délégués de Parties et nous mettons d’accord sur les sujets à aborder à cette occasion.

13h : Questions à la présidence de la COP21

La séance a commencé par un discours d’introduction de Laurence Tubiana, ambassadrice française chargée des négociations sur le changement climatique. Cette entrée est suivie par un représentant du Pérou qui rappelle qu’il s’est passé beaucoup de chose cette année pour qu’on arrive à un bon accord. Malheureusement, YOUNGO n’a finalement pas pu poser de questions.

14h : Rencontre avec Maria Vuorelma, déléguée de l’Union Européenne et focal point (personne contact) sur l’éducation

Elle nous conseille de parler à Kaveh Guilanpour, la personne responsable du renforcement des capacités (capacity building) pour avoir un impact maximal. Elle trouve positive la façon dont l’éducation est peu remise en cause de manière globale. Selon elle, la mention actuelle est améliorable mais c’est surtout la phrase de la République Dominicaine sur le financement (« Les pays développés fourniront un soutien financier », en VO « Developed countries shall provide financial support ») qui fait réagir les pays du Nord. Elle nous prévient que cette partie ne pourra être acceptée telle quelle. Après le rendez-vous nous croisons d’autres délégués de Parties. Discuter avec eux permet d’obtenir quelques infos partielles sur ce qu’il se passe dans les « spin-off ». Il semblerait par exemple que le groupe sur la mitigation ait été le lieu de négociations fructueuses. Nous attendons donc avec impatience le bilan du facilitateur à ce sujet.

REFEDD et déléguée union européenne

17h : Réunion « Communication » de YOUNGO

La réunion est brève et intense. Il y aura une action demain avec CO2. Les YOUNGO devront préparer une intervention pour la COP21. Il faut aussi créer un site pour YOUNGO et une liste de contacts et d’adresses-mails.

18h30 : Webinar sur Inteq

Différents membres de YOUNGO s’expriment dans ce webinar sur les objectifs et enjeux de l’équité intergénérationnelle. Nous voulons que cette notion figure clairement et que des objectifs à long terme apparaissent dans le texte. Webinar à regarder.

19h : Compte-rendu des « spin-off »

C’est le moment où les facilitateurs des différents « spin-off » sont censés informer tout le monde de l’avancement de leurs groupes respectifs. Finalement, ils resteront très vagues et nous n’obtiendrons que très peu d’information. Nous apprenons par contre qu’ils dormiront peu puisque de nombreux « spin-off » se réuniront à nouveau après cette séance. Le Venezuela prend la parole pour signaler son regret que les observateurs ne soient pas admis dans la salle. Ils sont également septiques face au texte. Nous avons le droit à une nouvelle analogie : la COP de Paris comparée à un deuxième volet de Copenhague, comme une très mauvaise suite à un film…

00h10 : Maria Vuorelma, déléguée pour l’Union Européenne ne veut pas qu’on dorme !

Nous recevons un email de sa part précisant le manque d’ambition du « spin-off » à propos de l’article qui comprend la référence actuelle à l’éducation. Elle souhaite donc une proposition de texte concrète de notre part pour demain. J’allume alors la bouilloire et m’apprête à relire les copies des dernières propositions…

JOUR 3 : MERCREDI 21 OCTOBRE

L’équipe est maintenant rodée, plus d’hésitation. C’est d’un pas décidé que nous nous dirigeons dans la direction opposée de l’entrée de World Conference Center Bonn.

8h : YOUNGO spoke council

Nous retrouvons les autres membres de YOUNGO pour le Spoke Council quotidien, situé dans « la salle ronde ».

La matinée commence bien, la conférence de presse que nous attendions tant aura lieu dans l’après-midi. Six sujets sont abordés en concordance avec les groupes de travail représentés à cette intersession. Une personne est désignée pour parler de chaque sujet. Pour l’éducation c’est Cyril qui s’en chargera ! Le REFEDD est à l’honneur. S’en suit un petit récap’ sur les stratégies de communication (tweets, blogs) puis sur les différentes actions.

Avec tout de suite après #KeepUsInTheRoom, une action commune aux ONG pour réagir sur la fermeture de TOUTES les négociations au public depuis le mardi. Ainsi qu’une action par les YOUNGO en médecine pour demain matin et une action des ONG japonaise contre la politique énergétique du Japon.

8h45 : Action #KeepUsInTheRoom

En bravant le froid pour passer d’un bâtiment à l’autre, nous découvrons une rangée d’observateurs d’origines différentes stoïques et les yeux bandés (YOUNGO, ENGO, peuples indigènes…). Cela pour protester contre le fait que quasiment toutes les sessions sont fermées aux observateurs. Seules restent ouvertes des séances plénières qui sont finalement des bilans sans grand intérêt.

Le groupe passe maintenant la sécurité sans même s’en rendre compte. Une fois au chaud la délégation du REFEDD se motive. On veut rencontrer des délégués de Partis pour parler d’éducation avec eux. Ce serait notre seul occasion de savoir où en sont les négociations sur le sujet mais aussi ça permettra d’appuyer l’intervention de YOUNGO et la conférence de presse. La conférence de presse, vous n’avez pas d’excuse on vient d’en parler il y a même pas une heure, par contre pour l’intervention, j’espère que vous avez suivi ! Bon, je rééxplique. Cela part du fait qu’en temps normal, lors de la séance d’ouverture les groupes de la société civile ont chacun un court temps de parole (3 min), mais aux cours des dernières intersessions celui a été supprimé pour… gagner du temps. En remplacement les co-chairs donnent l’opportunité de publier une intervention écrite sur le site de l’UNFCCC. Avec sa clairvoyance, YOUNGO saisi l’occasion pour en tirer le maximum. Les trois premiers jours ont en particulier permis la rédaction de cette intervention.

9h : RINGO meeting (ONG de Recherche Indépendantes)

La référante remarque qu’il y a beaucoup de membres de YOUNGO présent avec leur association et non leur université, le déplore mais à côté de ça, elle est contente de voir des étudiant.e.s dans la salle. (Après quoi Lucas s’interroge : pourquoi les universités françaises sont si peu représentées ? A suivre…)

10h : Stocktaking, séance plénière

C’est enfin le moment pour les observateurs de voir les délégations des partis. A ce rythme là on oublierait presque leur tête, mais heureusement certains pays font des efforts et profitent de chaque séance plénière pour passer à l’écran. Ainsi les chefs des délégations de l’Afrique du Sud et de la Malaisie sont assez bien identifiés. L’appel est clair : travailler plus vite. Le G77 et la Chine demandent de décaler le spin-off sur l’atténuation pour pouvoir mieux se concerter. On apprend peu de choses…

Du coup… nous avons cherché plus d’informations. Nous trouvons 3 étudiants, accrédité dans la délégation belge pour nous éclaircir. Nous apprenons alors que les spin-off sont jusque-là très peu productif : les Partis passent beaucoup de temps sur des questions de process et n’avancent pas dans les négociations. L’argument général de la fermeture des spin-off au public était pourtant une accélération des négociations…

10h15 : Daily Tck

En parallèle, ou presque, Chris Wright propose son analyse de la situation avec le Daily tck. L’équipe déplore également le fait que les sessions soient fermées, et n’ont donc pas beaucoup d’informations sur ce qui s’est passé hier. Debrief des jours d’avant, par conséquent.

Lundi : Crainte que le texte soit trop long, un peu de panique.

Mardi : Le texte ne fait que 34 pages avec les insertions, on est plus relax. Les ONG admettent que beaucoup de choses ont été ajoutées et que c’est mieux. Il y aurait eu des discussions sur la mitigation un peu brouillon, notamment sur le concept de décarbonisation. On est dorénavant sur un brouillon de texte pour Paris et non sur un “non-paper”. Notons que le texte officiel reste néanmoins celui de Genève pour le moment.

Les observateurs frustrés car ils ne peuvent plus assister aux négociations s’ennuient. Ils ont besoin de se défouler et cherche donc le méchant. C’est le Japon qui s’est opposé à la présence des observateurs. Mais tous les partis qui ne se sont pas opposé aux Japon sont à blâmer. En fait, il semblerait même qu’il soit nécessaire qu’un tiers des partis approuvent la fermeture pour que celle-ci soit effective. Sur 196 délégations, la chasse aux sorcières est loin d’être finie.

Soulevons le problème du Japon qui dépend quasiment exclusivement des énergies fossiles depuis Fukushima…

11h30 : Policy meeting

YOUNGO est un groupe toujours puis structuré et des réunions à thème ont lieu tout au long de la journée. Celle-ci commencera avec une réunion sur la politique de YOUNGO à 11h30. Ne trouvant pas de place satisfaisante, c’est assis sur les marches en plein milieu du hall que l’écriture des questions à poser aux Co-Chairs et à Christina Figueres a lieu. Oui, parce que cette après-midi, les observateurs sont invités à deux sessions ouvertes : celle des Co-Chairs et celle de la secrétaire exécutive. Il n’y aura toujours pas de délégations de pays en vue, mais ça va occuper l’ensemble de la société civile.

12h : Skype REFEDD

La délégation contacte le QG, enfin skype le bureau du REFEDD. Sur leur conseil avisé l’équipe se réorganise pour être la plus efficace sur la fin de la semaine.

14h : Conférence des co-chairs

Une longue après-midi commence. La foule ennuyée de la société civile a trouvé une occupation : la sessions avec les Co-Chairs. Concrètement, c’est une des seules occasion pour la société civile de s’adresser aux co-chairs. Vu le tumulte autour du non-paper et des négociations fermées, on s’attend à de nombreuses questions.

YOUNGO prépare un court statement suivi de quelques questions orientées sur les thèmes des groupes de travail. Une seule personne peut s’exprimer par constituency et c’est le REFEDD qui a l’occasion de représenter YOUNGO car les questions sont posées par Lucas.

Les réponses sont… floues. Les co-chairs justifient le non-paper par la volonté de gagner du temps et la fermeture des négos par un « Party driven process »

Nous noterons également la magnifique analogie du « non-paper » avec un bébé prématuré. La métaphore fut filée par les intervenants de la société civile, nous voilà maintenant avec un bébé auquel il manque des membres. Cela suscite de vives réactions parmi les membres de YOUNGO représentant le corps médical !

15h : Conférence de presse

Pourtant, le temps fort de la journée n’est que sur le point d’arriver. Enfin en tous cas nous aurions aimé que ce soit le temps fort. Publication de l’intervention sur laquelle YOUNGO travaille depuis le début de la semaine puis conférence de presse. Mieux que des mots nous vous proposons de la voir en replay.

Les sujets abordés : inteq, éducation, santé, objectifs à long termes, loss and damage, finance. Avec Cyril pour le REFEDD sur l’éducation.

Conférence presse YOUNGO intersessions Bonn 2015

16h : Executive secretary meeting

Même si le temps fort est passé, la journée continue avec la rencontre de la secrétaire exécutive.

Ce meeting est aussi appelé C-FIG. Aussi habitué aux acronymes qu’on puisse l’être au bout de trois jours… celui-ci a un peu déconcerté notre délégation. En fait c’est juste que Christiana Figueres, c’est un peu la pote des jeunes du coup elle a même droit à un surnom chez les YOUNGO.

Encore une occasion de poser des questions au nom des groupes de la société civiles, fait par Sanna pour YOUNGO.

C-FIG nous informe qu’il n’y a pas d’autres sessions d’ici la COP21, il faut donc être rapide et continuer nos efforts pour parvenir à un accord. Les sessions sont fermées car les états ont besoin de se confier. Il y a toujours eu des sessions fermées, c’est pas nouveau. C’est juste pour que les gouvernements puissent s’exprimer librement. Ah oui, et elle a aussi dit que le site Internet était très bien et qu’il y avait plein de choses dessus.

18h15 : Plenary stocktaking

Après un petit temps de latence et avec un peu de retard la séance plénière tant attendu à lieu. Tout le monde s’attend à ce que ce soit beaucoup mieux que ce matin. Ce qui en fait était complètement irrationnel de notre part.

C’est en fait un léger bilan de journée et du déroulement des spin-off groupes. On retiendra que le rythme est trop lent et que plutôt que de se réduire, les textes ont tendance à s’allonger. On attend avec espoir une nouvelle version dans la nuit. De nombreux partis demandent une accélération du rythme. Ils en veulent également au sommeil des coordinateurs en leur demander de bosser cette nuit.

La journée va toucher à sa fin, enfin sur le site en tout cas. Perdant un peu espoir, car n’ayant toujours pas eu de réponse, la délégation REFEDD décide néanmoins l’envoi d’emails de relance pour obtenir des rendez-vous avec les délégations.

23h13 : joie !

L’Union Européenne répond oui. Nous avons rendez-vous demain. Bonheur et volupté.

1h53, c’est la fin de la rédaction du compte-rendu de cette journée. Notons que celle-ci c’est faite au son mélodieux d’un doux ronflement provenant de la pièce d’à côté. Nous vous laissons mener l’enquête.

JOUR 2 : MARDI 20 OCTOBRE

Avant de commencé cette journée avec vous, revenons sur les résultats de la veille : Un texte amendé publié dans la nuit par les co-chairs.

8h : YOUNGO spoke council

Cette réunion marque de début de tous les prochains jours. Elle permet de présenter le déroulement de la journée. Durant celle-ci nous tentons plus particulièrement de tester l’organisation proposée hier : Policy/Media-Communication/Actions. Le début légèrement hésitant mais plutôt probant dans l’ensemble.

Rappelons également l’évènement important : Justin Trudeau est premier ministre du Canada. Cela suscite une vague d’espoir, nous nous attendons à ce que la délégation canadienne coopère et arrête de bloquer le processus comme ça a pu être son habitude par le passé.

9h : YOUNGO Bottom Line Team meeting

Si vous avez suivi (le compte rendu de la veille), vous savez de quoi il s’agit et que c’est assez rapide. Nous passons en revue les taches de chacun. Un membre propose l’introduction d’une plateforme slack dans l’objectif de la tester comme outil pour la COP21. C’est également l’occasion de planifier un meeting concernant la communication.

9h : RINGO meeting

RINGO, encore un acronyme, mais il ressemble à YOUNGO. En faite c’est le même principe mais pour les ONG de Recherche Indépendantes. C’est le lieu d’une discussion sur la place des jeunes chercheurs dans les négociations. Comment se servir de ces occasions pour les faire partager leur travail voir même travailler ensemble. La suite de la réunion est une analyse du texte assez académique. Globalement ce dernier semble plaire. Les co-chairs semblent avoir atteint leur but : les Parties « apprécient » presque le nouveau texte. Ils ont pu se le réapproprier et il leur semble équilibré.

10h : Séance plénière

Suite à la premiere plénière renvoyant le secrétariat de l’UNFCCC à l’élaboration d’un texte d’accord intégrant l’ensemble des révisions et amendements apportées par les différentes parties, il s’agissait aujourd’hui de revoir ensemble le nouveau non-paper et avoir le sentiment des parties sur son contenu. La plupart des pays ont salué l’efficacité du secrétariat et le caractère constructif de la plénière précédente. Les pays du G77 (Groupe correspondant aux pays en développement) chefs de file de la mini rebellion d’hier se sont montrés relativement satisfait du nouveau texte. Ils déclarent être prêts à entamer les négociations sur la base de ce dernier.

10h15 : Daily Tck

Cette réunion permet d’analyser à nouveau l’évolution du texte au cours de cette première journée et de cette nuit. Personne n’aimait le nouveau texte de 20 pages car il manquait d’ambition et était très déséquilibré entre les pays du Nord et les pays du Sud. Les pays ont pu ajouter ce qu’ils voulaient, et on est arrivés à un texte de 34 pages. Il manque encore des choses mais des points pertinents ont été ajoutés (nous voyons apparaître avec joie les droits de l’homme et le terme de décarbonisatoin), c’est beaucoup mieux. Ce texte pourrait vraisemblablement servir de base pour la COP21 (globalement l’avis est le même qu’au meeting RINGO).

11h : CAN (Climate Action Network), conférence de presse

CAN autre acronyme mystérieux. Enfin, non, le titre vous aide, mais concrètement, qu’est ce que c’est ? Il du principal sous-groupe des ENGO (maintenant vous devriez être habitué, ENGO, c’est un autre constituant de la société civile qui correspond aux ONGs Environnementales, comme WWF ou Greenpeace par exemple). Ce qui ce dit au cours de cette conférence est en accord avec ce qu’on a entendu avant : le texte est mieux. Il manque de précision sur les chiffres (notamment au niveau de la finance). La décarbonisation a été ajoutée et ça c’est positif.

12h : Meeting du groupe YOUNGO sur la politique

Nous travaillons ici sur l’intervention des YOUNGO. Le texte est trop long, il faut le réduire. Le focal point (chargé de faire la liaison avec le secrétariat de l’UNFCCC) voulait délayer la publication mais finalement nous obtenons le compromis de simplement réduire le statement. Oui, cette réunion a un peu tournée en rond et n’avait pas toujours beaucoup de sens…

14h : ACT (Action by Churches Together) Alliance, conférence de presse

Sur demande de Christiana Figueres (Secrétaire exécutive de l’UNFCCC), l’alliance ACT (groupe religieux de différents horizons) ont publié un texte (signé par plus de 150 « faith leaders ») sur la mobilisation dans la lutte contre le changement climatique. Ils ont beaucoup évoqué l’impératif moral et éthique dans la prise de position et ont insisté sur leur rôle de sensibilisation.

14h : Négociations en Spin-off groupes

Les négociations eurent lieu en vase clos. Si la volonté du co-chair était de la rendre accessible à la société civile, les délégations, japonaises et norvégiennes notamment, ont exprimés leur désaccords : « les vrais négociations » n’ayant pas vocation à se produire en public. Ces réserves suscitèrent les réactions contraire telles que celles exprimées par l’Afrique du Sud et la Malaisie, disposés à négocier en présence d’observateur de la société civile.

14h45 : Action pour « Zero by 2050 »

Action du groupe sur les objectifs à long terme, comme pour la dernière intersession la manifestation consistait à rester immobile au milieu d’une zone de passage avec un zero peint autour de l’oeil. Ceci permet d’interpeller les négociateurs pour ensuite démarrer la conversation avec eux sur le fond des objectifs à long terme et de la décarbonisation.

zero by 2050

Lisa Tanflin

16h : Meeting du groupe YOUNGO sur la communication

Il s’agit de coordonner la communication au sein du groupe. Concrètement, on organise la conférence de presse du lendemain surtout du côté technique. Le titre officiel sera « Youth expectation for Paris agreement », qui est celui proposé par un membre de la délégation REFEDD. Parce que oui on a part peur de l’anglais et qu’il faut bien se lancer des fleurs, parfois.

17h : Réunion informelle de la délégation du REFEDD sur la suite des évènements et surtout sur l’éducation

Nous décidons à cette occasion de profiter de l’intervention et de la conférence de presse organisée par YOUNGO pour enfoncer le clou en s’adressant directement aux délégations par la suite. Concrètement on essaie de déterminer le plan d’action : demander le soutient et l’expertise du groupe YOUNGO sur l’education. Récupérer les données des délégations les plus sensibles, puis tenter d’obtenir des rendez-vous avec eux. La suite… demain.

19h : CSO (Civil Society Organisation) proposition sur les INDCs (Intended Nationally Determined Contributions)

Les INDCs, ce sont les contributions proposées par les Etats. Un groupe de rocher issu de la société civile a eu pour vocation d’étudiée la cohérence et l’ambition de ces propositions mais surtout d’équité et la justice dans la part de chacun des pays. Cela passe par la création d’un indicateur prenant comme composante la responsabilité historique et la capacité des pays. En utilisant une gamme assez large de paramètres (surtout temporels) ils obtiennent des gammes d’INDCs considérée équitable. Le résultat rapide de ces travaux de recherche, les pays les plus développés manquent clairement d’ambition dans leur proposition pour rester sous la bare des 2°C et sont souvent en dessous de ce qu’ils considèrent équitable.

JOUR 1 : LUNDI 19 OCTOBRE

Première journée à Bonn, à la découverte dun monde à part

8h30 : Entrée dans le World Conference Center Bonn

Cette semaine c’est une toute nouvelle délégation du REFEDD qui met les pieds à Bonn, trois jeunes nouvellement formés n’ayant finalement qu’une vague idée de ce qui les attends. Après avoir passé des portiques de sécurité digne d’un aéroport nous sommes prêt à décoller, avec un objectif un tête : 9h, le premier « Spoke Council » des YOUNGO (si YOUNGO ne vous parle pas c’est que vous n’avez pas lu l’article d’introduction à cette semaine, que je vous conseille vivement, en particulier pour sa qualité.). Heureusement, nous avons rapidement repéré des jeunes n’étant plus à leur premier rodéo pour nous guider dans les méandres du programme et de la nomination des salles.

Nairobi 4, le nom de la salle, une vingtaine de jeune de tous horizons… ou presque. Que des pays du « Nord ». Notons également que les pays Scandinaves, la Nouvelle-Zélande et la France sont sur-représentés. Une heure dans la salle nous a permis d’apprendre les base du fonctionnement de YOUNGO, le groupe représentant la jeunesse à l’UNFCCC. Un groupe qui se veut sans hiérarchie qui tente d’améliorer son mode de fonctionnement, les yeux vers Paris. Nous assistons à la création de groupe fonctionnels qui viendront chapeauter les groupes thématiques (Comme le groupe de travaille sur l’éducation, celui sur INTEQ – pour intergenerational equity – ou encore « loss and damage ») lors des « spoke council », ceux-ci sont analyse politique, media/communication et actions.

Cette séance permet aussi de debriefer les évènements de la veille, de se briefer pour la journée et d’avoir le programme. Il s’agit du programme officiel de l’UNFCCC sur lequel les réunion YOUNGO viennent se greffer.

19h : Séance plénière d’ouverture et premier Daily Tck

L’équipe se divise entre le Daily Tick et la séance plénière d’ouverture.

Le premier est une conférence organisée par Chris Wright qui permet de faire une analyse de la situation et de debriefer les négociations. En quelques mots le changement climatique fait plus en plus de débats, l’objectif de 2°C n’est pas assez ambitieux, le « non paper » des co-chairs (ça m’échappera souvent, les co-chairs, ce sont les coprésidents de séance) ne plaît pas, du côté des INDC (Intended Nationally Determined Contributions), l’OPEC (Organization of the Petroleum Exporting Countries) est en retard et pour le point économie, il est nécessaire de prendre en compte le boom du renouvelable et les problèmes du secteur pétrolier.

Le temps que la grande salle du World Conference Center Bonn se remplisse, la plénière d’ouverture commence avec un peu de retard à 10h30. Les co-chairs ouvrent la réunion en exposant le fait que les parties et eux-mêmes avaient eu une réunion la veille pour élaborer le déroulement de cette séance. Le point cruciale : le « non paper » proposé ne sera valide qu’une fois approuvé par les parties. Or la grand majorité ne sont très peu satisfait. Ceci entraine alors une longue séance de négociations. Une analyse plus détaillée de celle-ci est proposée plus bas !

A 12h30 se trouvait une conférence organisée par les membres de la société civiles sur l’analyse des INDC. En une phrase ces derniers ne sont pas assez ambitieux (malgré l’emphase du premier ministre péruvien sur ce mot lors du discours d’ouverture) et la responsabilité des pays et leur contribution inégale au changement climatique n’apparait pas dans les plans d’actions.

La plénière s’arrête pour le matin et les négociations houleuses ne reprendront qu’à 15h.

13h : Réunion informelle chez les YOUNGO

13h arrive et les YOUNGO font une réunion informelle sur les la façon de traiter les différentes thématiques. L’idée est de faire un statement conjoint à toutes les grandes thématiques visant à être publié sur le site de l’UNFCCC le lendemain puis utilisé pour une conférence de presse. Le statement doit être prêt pour 16h30. La délégation du REFEDD contribue à la rédaction du paragraphe sur l’éducation, jusqu’à la modification intensive de ce dernier par Furet anonyme. Vive les google groups.

15h : Reprise de la séance plénière

Les parties ont pu proposer les éléments essentiels qui devaient être inséré de manière chirurgicale dans le texte, après avoir finalement réussi à trouver un terrain neutre pour le process, à défaut d’un réel consensus.

17h : La « bottom-line team » des YOUNGO

Autre réunion YOUNGO, celle-ci sur l’organisation de la « Bottom Line Team ». C’est une équipe chargée de créer une structure permettant le bon fonctionnement du groupe YOUNGO. Le but est surtout de prévoir une équipe capable d’organiser et de faciliter les efforts des nombreux délégués attendus à la COP. Le côté concret de la chose consiste par exemple à s’assurer que tous les nouveaux délégués ne soient pas perdus en vérifiant leur accès à tous les groupes de discussion disponibles ainsi qu’à des documents de bases auxquels ils pourront se référer.

18h : Beer o’clock

Sur ordre du focal point, beer o’clock is coming. Le focal point, encore une étrangeté, il s’agit en faite d’un membre de YOUNGO élu pour un mandat d’un an. Celui-ci est chargé de faire la liaison avec le secrétariat de l’UNFCCC. Et beer o’clock, alors ? Concrètement, c’est l’occasion pour les membres de YOUNGO de se retrouver de manière informelle, de profité de l’occasion unique que cette semaine offre pour rencontrer des gens venant de tous les horizons. Mais surtout des étudiants en sciences politiques et relations internationales.

Articles rédigés par Lise Tanfin, Cyril Ntone et Lucas Paoli, certains initialement publiés sur le site Eco-campus ENS.

REFEDD:

0 Comments

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire