Black Friday vs Green Friday : Passe du côté green de la force !

20 novembre 2018 Les initiatives DD 0

Tous les ans, le vendredi après Thanksgiving est un jour de promotions inédites et de consommation massive : le Black Friday. Cette journée dédiée aux achats sans limite n’est pas sans conséquence sur l’environnement ; c’est pourquoi le réseau Envie a créé en 2017 le Green Friday, pour inverser la tendance. On vous explique tout.

Le Black Friday, la course aux promos

Depuis les années 50, aux États-Unis et au Canada, le Black Friday (littéralement le « vendredi noir ») se déroule le lendemain du repas de Thanksgiving. Il marque traditionnellement le coup d’envoi de la période des achats de fin d’année. Plusieurs commerçants profitent de ce moment pour proposer des soldes importantes ; il n’est donc pas rare de voir des gens camper devant les grands magasins type Walmart pour profiter des meilleures affaires.

Avec la mondialisation, et en particulier via la plateforme d’achat en ligne Amazon, le concept du Black Friday s’est étendu au reste du monde. On parle même de « Black Week » puisque les promotions s’étendent parfois à la semaine entière.

Le Black Friday français se passe principalement sur Internet. Quelques enseignes telles que Amazon, Cdiscount, Apple, Darty, PriceMinister, Rue du Commerce, Intersport… surfent sur la vague et proposent des codes promotionnels importants, valables seulement 24h (durée traditionnelle du Black Friday) ou pendant tout le weekend qui suit. Mais les enseignes de grands magasins ainsi que les petites boutiques s’y mettent aussi, et elles sont chaque de plus en plus nombreuses à se joindre au mouvement.

 

 

Le Black Friday, un cauchemar pour l’environnement

En France, en 2016, près d’un consommateur sur deux avait profité des opérations mises en place à cette occasion. Amazon.fr a réalisé la journée la plus active de son histoire en France avec 1,4 million d’articles commandés le jour du Black Friday 2016. Ce chiffre impressionnant montre bien l’ampleur de cette opération, et dénote d’un consumérisme effréné, qui posent de nombreux problèmes, à la fois sociaux et environnementaux.

Les impacts environnementaux font eux froid dans le dos. D’après Chiara Campione, de Greenpeace, « le Black Friday est devenu un sommet de consumérisme. Ce shopping effréné génère de plus en plus grandes quantités de déchets chaque année. Cette tendance dangereuse menace notre planète. On achète sans réfléchir une minute, mais les déchets que nous créons survivront parfois pendant des siècles. » Les déchets d’emballage sont un fléau avec les achats en ligne : même si l’emballage principal est généralement en carton, on constate souvent un suremballage avec des quantités inutiles de plastique.

Les déchets post-utilisation (ou simplement post-achat dans certains cas…) sont tout aussi inquiétants. Une personne achète 60 % de vêtements de plus qu’il y a 15 ans, et garde chaque pièce deux fois moins longtemps, selon une enquête citée par Greenpeace en 2016. Autrement dit, on consomme deux fois plus et on gaspille deux fois plus qu’au début du siècle.

 

©Greenpeace

 

Aujourd’hui, le secteur du textile est la deuxième industrie la plus polluante du monde juste derrière le secteur pétrolier (pollutions chimiques issues des usines, pesticides utilisés dans les champs de coton, usage intensif de l’eau). Et, selon une étude du Guardian, 80 % des vêtements achetés en Occident chaque année finissent à la poubelle.

À côté de ce problème des déchets, de nombreuses questions se posent aussi concernant les produits électroniques, qui font partie des produits les plus achetés durant le Black Friday : extractions de minerais rares et toxiques, problèmes de respects des droits humains pour les personnes qui travaille dans ces mines, consommation énergétique de la production et de l’utilisation, e-déchet… Tous les impacts environnementaux liés à notre société de consommation sont décuplés durant le Black Friday.

Et tout ça pour quoi ? Et bien pour pas grand-chose finalement. Parce que le Black Friday est un leurre financier : selon une étude menée en 2015 par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, les promotions du Black Friday ne font bénéficier les clients que de 2 % de réduction en moyenne. Des rabais ridicules pour les consommateurs, mais une manne financière ahurissante pour les marques.

Fausses promos, consommation effrénée et tonnes de déchets… Pas très DD le Black Friday ! Alors, face à tout ça, on fait quoi ?

On se met au vert !

Le collectif Green Friday, une initiative du réseau Envie, a décidé d’agir en rappelant que l’acte d’achat est un choix fort, avec des conséquences concrètes sur l’environnement lorsqu’il est motivé par des causes justes et durables. Le but n’est pas de culpabiliser, mais bien de sensibiliser les citoyens à une consommation plus responsable. Il existe aujourd’hui de nombreuses entreprises qui proposent des alternatives plus vertueuses que celles que les encarts publicitaires du Black Friday nous invitent à contempler. Contre la consommation compulsive, militons pour un pouvoir de l’achat citoyen : celui de changer le monde au quotidien. Collectivement, nos actions, nos habitudes peuvent avoir énormément d’impact sur l’environnement et les hommes.

 

 

Réparer ou donner plutôt que de jeter, allonger les durées de vie, acheter local, choisir des produits labellisés… autant de bonnes pratiques qui font une vraie différence. Face à une course au profit trop souvent aveugle, Green Friday entend rappeler que les actions individuelles peuvent avoir un impact décisif sur le collectif.

Pour garantir la cohérence du mouvement, le membres du Green Friday s’engagent à :

  • Être une structure éthique dont l’activité directe et la politique commerciale promeuvent une forme de consommation responsable.
  • Ne pas faire de réductions le jour du Black Friday et à reverser 15% de son chiffre d’affaire du jour à une ou des association(s) avalisée(s) par l’association Green Friday© / à organiser des événements de sensibilisation à la consommation responsable.

Chaque euro dépensé est un vote pour le monde dans lequel nous voulons vivre. En consommant moins, et mieux, chacun peut, à son échelle, faire évoluer les rapports de forces et tendre, enfin, vers un modèle de société plus durable. Pour vous aider à faire des choix en faveur d’une consommation responsable, le collectif Green Friday vous a préparé une petite liste, non exhaustive, de bonnes pratiques. Suivez le guide et passez du côté green de la force !

Pour aller plus loin :

REFEDD:

0 Comments

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.